Contre la précarisation galopante, pour l’emploi et le statut de titulaire !

jeudi 28 avril 2011
par  Sud Éducation Guyane

La précarité de l’emploi : une politique délibérée contre laquelle Solidaires se bat !

La précarité de l’emploi se développe à grande vitesse dans la fonction publique.

Ce n’est pas un hasard ou le fait « d’abus » des employeurs, qui désobéiraient aux consignes vertueuses du gouvernement. Non, car il faut la replacer dans la politique mise en œuvre par le gouvernement et sa majorité : RGPP, loi mobilité, diminution des budgets, précarisation au niveau des salaires et des postes.

Recruter des précaires au lieu de fonctionnaires titulaires, c’est avoir des personnels taillables et corvéables à merci, plus faciles à « remercier » quand on s’emploie à restructurer, externaliser, privatiser, en bref à casser le service public !

Le protocole : un remède pire que le mal !

Malgré sa méfiance, Solidaires s’est investie activement pour porter dans les réunions de négociation ses exigences et ses propositions pour « mettre fin à la précarité » dans la Fonction Publique puisque tel était l’objectif annoncé par le ministre F. Baroin et son secrétaire d’Etat G. Tron. Elles sont détaillées dans deux lettres ouvertes (en date du 8 février et du 22 février) disponibles sur le site de Solidaires.

Mais le gouvernement n’a jamais voulu créer les conditions d’un véritable plan de résorption de la précarité (pour cela il aurait fallu au minimum abandonner le dogme des suppressions d’emplois de titulaires !). Pire, il a saisi ce prétexte pour ouvrir la voie à une légalisation et à une extension de l’emploi de contractuels dans la Fonction Publique (en CDD et en CDI) pour marginaliser et supplanter à terme l’emploi de titulaire.

C’est pourquoi Solidaires a refusé de signer ce protocole...


Toujours plus de non-titulaires dans la fonction publique, de source officielle, on dénombrait dans les 3 versants de la FP au 31/12/2008 :
872 942 non-titulaires (2) sur 5,3 millions d’agents publics. La part
des non-titulaires dans les effectifs ne cesse d’augmenter : entre
1998 et 2008, elle est passée de 14,4 à 16,5 %.
(2) hors médecins hospitaliers (103 505), des assistantes maternelles
(55 758), des emplois aidés (111 300).


Commentaires

Agenda

<<

2018

 

<<

Novembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Le 12 novembre 2018 : toutes et tous engagé-e-s pour une école de qualité en Guyane !

mercredi 7 novembre

Toutes et tous en grève le 12 novembre 2018 !

SGEN-CFDT
SNETAA-FO
SUD éducation
UNSA éducation
FSU

A Cayenne, 8h00 devant le rectorat de Guyane
A Saint Laurent du Maroni, 8h00 devant l’inspection académique

GREVE INTEPROFESSIONNELLE - GUYANE - 9 OCTOBRE

lundi 24 septembre

A l’appel de :
FSU
SNETAA-FO
SUD éducation

Rassemblement :
Cayenne 9h00 Préfecture
Kourou 9h00 Mairie
Saint-Laurent 9h00 Sous-préfecture

LYCEE PRO - GUYANE - GREVE et RASSEMBLEMENT LE 27 SEPTEMBRE

mercredi 19 septembre

Appel à la grève en Guyane et à un rassemblement devant la Préfecture à 9h00

SNUEP-FSU
SNEP-FSU
SUD éducation Guyane
STEG-UTG

- Derrière la communication, une nouvelle attaque contre le LP

Notre détermination est douce mais inébranlable

vendredi 8 juin

DEUX RDV CONTRE LA MONTAGNE D’OR :
CAYENNE - SAMEDI 16 JUIN – RDV PLACE DES PALMISTES – 16H00
SAINT-LAURENT - LUNDI 18 JUIN – RDV ROND-POINT DU STADE - 14H00

Halte à la gouvernance imbécile de la Guyane Contre la hiérarchie, pas de hiérarchie !

vendredi 18 mai

SUD éducation Guyane, à l’instar de son attachement et de la promotion des pédagogies alternatives, défend les principes de gouvernance alternative décidée collectivement par les usagers de l’éducation nationale.
SUD éducation Guyane attaché à ces principes anti-hiérarchiques ne souhaite [...] aucun recteur quel qu’il soit.
SUD éducation Guyane appelle tous les usagers de l’éducation nationale en Guyane à se réunir en assemblée générale et à convoquer des états généraux de la gouvernance de l’académie pour jeter les nouvelles bases de gestion et de gouvernance de notre académie, émancipée d’une hiérarchie inutile et incompétente.