Une bonne fois pour toutes

Finissons-en avec la précarité !

Tous en grève le 20 janvier 2011
samedi 15 janvier 2011
par  Sud Éducation Guyane

Il y a an Sarko s’était déclaré prêt à envisager la titularisation progressive des contractuels de la Fonction publique. Mais entre la promesse d’hier et le projet d’aujourd’hui il y a un océan. Il ne s’agit plus que d’une simple " modernisation des conditions d’emploi ". En d’autres termes, il s’agit de légaliser les abus actuels des administrations.

Le seul mode de titularisation qu’il propose est d’ouvrir des concours spécifiques sur 3 ans pour les seuls agents non titulaires en CDI, et à la discrétion des administrations. Ouvrir des concours c’est bien gentil mais qu’en est-il des places ? Aujourd’hui, il y en a de moins en moins. Voire pas du tout pour certains concours...

Le comble c’est que le secrétaire d’État chargé de la Fonction publique reconnaît qu’il n’y a pas nécessairement de surcoût entre un CDD et un CDI, ou entre un CDI et un titulaire (l’État est son propre assureur en matière de chômage). Alors, pourquoi ne pas embaucher directement des titulaires ? Parce que le gouvernement a fait le choix d’embaucher des contractuels moins bien payés, plus malléables et plus facilement licenciables au gré des réductions budgétaires.

Le pourcentage de contractuels dans la Fonction publique est de 16,5% et une grande partie d’entre eux répond à des besoins permanents. Ce qui n’empêche pas l’état de plonger ces personnes dans une précarité de longue durée qu’aucun employeur privé ne pourrait se permettre.

A SUD Éducation, nous ne pensons pas que c’est au salarié de payer les contradictions de son employeur. Si les non-titulaires sont devant des élèves, c’est qu’ils y ont été mis par l’Éducation Nationale. Dès lors qu’ils sont là et qu’ils sont parfois réemployés durant des années, on ne peut que constater qu’ils " font l’affaire "...
C’est la raison pour laquelle nous sommes pour la titularisation sans conditions. Et s’il faut une condition malgré tout, nous exigeons que tous ceux qui passeront par la case titularisation reçoivent une formation.

La titularisation sans conditions, parce qu’elle garantit le réemploi de tous, demeure la seule réponse crédible à la situation que nous connaissons aujourd’hui : ne pas la revendiquer c’est finalement s’accommoder de la précarité et des licenciements !

1 MILLION D’AGENTS NON TITULAIRES DANS TOUTE LA FONCTION PUBLIQUE, SOIT 1 AGENT SUR 6 !

Tract Grève du 20 janvier 2011

-  34000 postes de fonctionnaires supprimés en 2011 (16000 dans l’EN)

-  la population scolaire de Guyane augmente de 4% et seulement +1,7% pour les postes d’enseignants titulaires en 2011-2012

-  Déjà plus de 20% d’enseignants non titulaires en Guyane.

NON A LA PRÉCARITÉ PERMANENTE !

- Arbitraire des recrutements et des renouvellements de contrats
- Contrats de plus en plus courts, temps incomplets ou partiels imposés
- Fins de contrats injustifiées et sans prime de précarité
- Des dizaines de milliers d’emplois aidés sans accompagnement ni formation
- Retard sur les salaires et opacité des grilles indiciaires.

Exigeons un plan de titularisation pour tous les non titulaires avec création de tous les emplois nécessaires.

Exigeons de réels moyens d’insertion et de qualification avec accès à la titularisation pour les emplois aidés (CUI).

Jeudi 20 janvier, titulaires, non-titulaires, tous en grève pour dire que l’on en assez de la précarité.

Rendez-vous à 9H devant le rectorat.


Les collègues du premier degré doivent déposer leur déclaration d’intention de grève au plus tard mardi 18 janvier avant l’ouverture de leur école. Le plus sûr sera donc de la déposer lundi 17 janvier.

Ce qui est obligatoire c’est de déclarer son intention de faire grève. Il est tout à fait possible de déposer sa déclaration d’intention de faire grève sans forcément faire grève. C’est important, c’est un réflexe qui laisse 48 heures pour voir si l’on participe ou non à ce mouvement. L’administration ne peut se servir de ces déclarations d’intention pour recenser les grévistes.


Commentaires

Agenda

<<

2019

 

<<

Mars

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

VENDREDI 15 mars - GREVE dans L’EDUCATION

jeudi 28 février

Appel à la grève
SNES-FSU - SNEP-FSU - SNUEP-FSU - SGEN-CFDT - STEG-UTG - SUD éducation - SNETAA-FO - SNETAP-FSU

Combattons le projet d’école Blanquer

samedi 23 février

Revendications de SUD éducation :

- L’abrogation de la réforme du lycée et du bac
- L’abrogation de la réforme de la voie professionnelle
- Le maintien du cadre national du baccalauréat, qui doit rester le premier grade universitaire et maintien d’un véritable anonymat lors des épreuves
- Une réduction des effectifs par classe en lycée (maximum 25 élèves) et la mise en place d’un dédoublement systématique par un cadrage national
- Le changement des EPLE en établissements polytechniques avec un enseignement qui garantisse à tou-te-s les élèves l’appropriation de tous les types de savoirs – qu’ils soient manuels, techniques,artistiques ou théoriques – reposant sur des pratiques pédagogiques coopératives et émancipatrices
- L’abandon du SNU et du service civique
- L’abandon du projet d’imposer une deuxième HSA dans le second degré
- L’abandon de la réforme des directions d’école
- Dans les écoles, un travail en équipe renforcé avec des moyens et du temps attribués aux écoles et non à des individu-e-s directeurs ou directrices. Une gestion collective des charges permettrait une prise en charge collégiale et/ou avec partage des tâches.
- Le respect de la liberté pédagogique des enseignant-e-s.
- La prise en main par les personnels eux-mêmes de leur formation pédagogique.

Jeudi 21 février - Journée d’action dans l’éducation

dimanche 17 février

SNES-FSU
SNEP-FSU
SNUEP-FSU
SUD éducation
SNETAA-FO
STEG-UTG
SGEN-CFDT
SNETAP-FSU

MARDI 12 FEVRIER - GREVE EDUCATION

jeudi 7 février

RENDEZ-VOUS
Cayenne - 9h00 - devant le Rectorat
Saint-Laurent - 9h00 - devant la Sous-préfecture

GREVE INTEPROFESSIONNELLE - PUBLIC-PRIVE - GUYANE - 5 FEVRIER

samedi 2 février

RENDEZ-VOUS
9h00 - Préfecture - Cayenne
9h00 - Sous-préfecture - Saint-Laurent