Tract de l’intersyndicale SGEN-CFDT, FSU, UNSA, STEG-UTG, SOLIDAIRES

LA GUYANE DIT NON A CETTE RÉFORME DES RETRAITES

Grève jeudi 23 septembre
mardi 21 septembre 2010
par  Sud Éducation Guyane

Le 23 septembre tous dans la rue !
Départ de la manifestation à 8H30 boulevard Jubelin,
devant la caserne des pompiers

Le gouvernement Sarkozy-Fillon, par la voix du ministre Woerth, ami des milliardaires, veut imposer à tous les travailleurs de France une réforme injuste où on travaillera plus pour gagner moins. Ils veulent que nous travaillions 42 ans pour avoir une retraite pleine, et veulent passer à 62 ans l’âge de départ. Cela voudra dire que la plupart des gens partiront à 67 ans et toucheront en moyenne 54 % de leur salaire !

Tract intersyndical pour la grève du 7 septembre 2010

Le gouvernement va enlever des droits aux femmes, supprimer le droit à la pénibilité de certains métiers (dockers, bâtiment). Cela signifie que chaque habitant aura de plus en plus de mal à avoir sa retraite pleine.
Chez nous, en Guyane, tout est déjà plus difficile. Les jeunes n’ont pas de travail, l’école est en échec, les logements sont durs à trouver et bien trop chers, l’accès à la terre est difficile. La pwofitasyon ronge notre département, le plus cher de France. Si on ne laisse pas partir nos anciens avec une bonne retraite, cela va empirer les choses.

D’autres choix sont possibles pour maintenir la retraite à 60 ans maximum et à taux plein mais aussi pour revenir à 37,5 annuités pour tous et toutes avec prise en compte des années d’études et de formation. Il faudrait pour cela en finir avec le chômage.
Sans chômage, personne ne parlerait d’un problème des retraites. La question des retraites n’est ni démographique ni technique, c’est une question de répartition des richesses, de choix politique. D’ailleurs, chez nous en Guyane, l’argument de la démographie est particulièrement absurde sachant la jeunesse de notre population : un Guyanais sur deux a moins de 25 ans, mais seulement 4 % ont plus de 65 ans. Comment donner un travail aux jeunes si l’on fait travailler les anciens plus longtemps ?

La Guyane a besoin de créer des emplois pour ses jeunes. Actuellement un actif sur trois est sans emploi ! Dans certains secteurs, au service de tous, les manques sont criants. Par exemple, dans l’éducation il faudrait créer des emplois pour les 6000 enfants qui ne sont pas scolarisés et pourtant le gouvernement continue de supprimer des emplois. Dans la santé il faudrait pallier le manque scandaleux d’infrastructures et de personnel.
En créant des emplois stables pour chaque jeune, dans tous les secteurs, on pourrait développer le pays, mais aussi renforcer le nombre de cotisants.
Il est possible de gagner ! Les organisations syndicales de Guyane appellent les salariés et la population à manifester contre ce projet injuste et inefficace et à lutter pour imposer la justice sociale.

SEUL LE MOUVEMENT SOCIAL PEUT FAIRE CEDER LE GOUVERNEMENT !!

NON À L’AUGMENTATION DE L’ÂGE DE DÉPART À LA RETRAITE !
NON À L’ALLONGEMENT DE LA DURÉE DE COTISATION !
NON AU DÉMANTÈLEMENT DU CODE DES PENSIONS !
OUI À LA SATISFACTION DES BESOINS DE TOUS !


Commentaires

Agenda

<<

2019

 

<<

Mars

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

VENDREDI 15 mars - GREVE dans L’EDUCATION

jeudi 28 février

Appel à la grève
SNES-FSU - SNEP-FSU - SNUEP-FSU - SGEN-CFDT - STEG-UTG - SUD éducation - SNETAA-FO - SNETAP-FSU

Combattons le projet d’école Blanquer

samedi 23 février

Revendications de SUD éducation :

- L’abrogation de la réforme du lycée et du bac
- L’abrogation de la réforme de la voie professionnelle
- Le maintien du cadre national du baccalauréat, qui doit rester le premier grade universitaire et maintien d’un véritable anonymat lors des épreuves
- Une réduction des effectifs par classe en lycée (maximum 25 élèves) et la mise en place d’un dédoublement systématique par un cadrage national
- Le changement des EPLE en établissements polytechniques avec un enseignement qui garantisse à tou-te-s les élèves l’appropriation de tous les types de savoirs – qu’ils soient manuels, techniques,artistiques ou théoriques – reposant sur des pratiques pédagogiques coopératives et émancipatrices
- L’abandon du SNU et du service civique
- L’abandon du projet d’imposer une deuxième HSA dans le second degré
- L’abandon de la réforme des directions d’école
- Dans les écoles, un travail en équipe renforcé avec des moyens et du temps attribués aux écoles et non à des individu-e-s directeurs ou directrices. Une gestion collective des charges permettrait une prise en charge collégiale et/ou avec partage des tâches.
- Le respect de la liberté pédagogique des enseignant-e-s.
- La prise en main par les personnels eux-mêmes de leur formation pédagogique.

Jeudi 21 février - Journée d’action dans l’éducation

dimanche 17 février

SNES-FSU
SNEP-FSU
SNUEP-FSU
SUD éducation
SNETAA-FO
STEG-UTG
SGEN-CFDT
SNETAP-FSU

MARDI 12 FEVRIER - GREVE EDUCATION

jeudi 7 février

RENDEZ-VOUS
Cayenne - 9h00 - devant le Rectorat
Saint-Laurent - 9h00 - devant la Sous-préfecture

GREVE INTEPROFESSIONNELLE - PUBLIC-PRIVE - GUYANE - 5 FEVRIER

samedi 2 février

RENDEZ-VOUS
9h00 - Préfecture - Cayenne
9h00 - Sous-préfecture - Saint-Laurent