Conseil académique de l’Éducation Nationale

Pour un véritable Plan Éducation Guyane

jeudi 3 décembre 2009
par  Sud Éducation Guyane

Le jeudi 26 novembre, aurait dû se tenir la réunion du CAEN (Conseil académique de l’Éducation Nationale) qui vote le projet académique pour les 3 années à venir (2010-2013). Faute de participants, les représentants syndicaux et le Rectorat ont dû reporter la nouvelle réunion au 3 décembre. Aujourd’hui, elle s’est tenue avec19 participants sur 66 membres qui devaient être présents. A quoi sert cette commission ? A poser en face des axes choisis par le Recteur des moyens à mettre en oeuvre pour la réussite éducative. Le projet académique, appelé Plan Education Guyane, a été rejeté par la majorité des votants. Notre syndicat s’en félicite car des critiques fondamentales ont émergé :

Aucun détail sur les moyens techniques, humains et financiers n’était apporté. Des axes étaient quasiment mensongers : par exemple, dire qu’on veut développer les langues maternelles en Guyane, alors qu’on licencie des Intervenants en Langue Maternelle. Ou dire qu’on va recruter des personnels vie scolaire avec un niveau suffisant alors qu’on ne crée que des contrats aidés à 800€ par mois pour 26 h. Ou encore dire qu’on veut renforcer les effectifs du rectorat alors qu’on licencie 20 personnes en septembre. Ou enfin, dire qu’on veut augmenter le taux de scolarisation des 3 ans alors qu’on ne dit ni comment ni dans quels locaux. Par ailleurs des propositions étaient tout à fait choquantes pour nous : sur les sites isolés - entendez le Maroni ou l’Oyapock- les 5 premières minutes de la journée devaient être consacrées à de l’éducation civique. Pourquoi seulement pour ces élèves ?

Sur le plan idéologique, c’est toute une conception de l’éducation qui n’était pas la nôtre : "la culture de l’évaluation" proposée par ce Plan (à force d’évaluer tout, on n’a plus le temps d’apprendre...) ; la concurrence entre les établissements (qui favorise les élèves déjà favorisés) introduisent une logique de l’entreprise qui ne peut s’appliquer pour des enfants qui se construisent et accentuent les inégalités.

Encore, des phrases entières et des mots étaient creux comme une pochette surprise décevante : "des projets innovants", des "cercles de réflexion", des "cellules de veille", des "ingénieurs pour l’école", etc. Mais le plus grave, c’est aussi tout ce qui n’apparaissait même pas dans ce projet : une seule mention sur les internats qui n’ouvrent pas ; sur les cantines qui n’existent pas ; rien sur les moyens supplémentaires pour tous les établissements oubliés ; rien sur la taille gigantesque de nos collèges (certains à 1200 élèves) ; et rien sur les problèmes de papiers des élèves étrangers, sur le prix du cartable, sur les filières d’excellence (classes préparatoires), etc.

Nous tairons, pour faire court, le mépris envers les enseignants : pas de titularisation en vue pour les contractuels (seulement une "perspective" d’aide à préparer les concours) ; pas d’évolution de carrière proposée ; pas de visite médicale obligatoire, des heures supplémentaires même pour les stagiaires, etc.

Nos élèves seront artisans, médecins, ingénieurs, techniciens, commerçants, artistes si on met véritablement les moyens techniques, financiers et humains en face de chaque problème. C’est un autre Projet académique qu’il nous faut pour la Guyane.


Commentaires

Agenda

<<

2019

 

<<

Mars

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

VENDREDI 15 mars - GREVE dans L’EDUCATION

jeudi 28 février

Appel à la grève
SNES-FSU - SNEP-FSU - SNUEP-FSU - SGEN-CFDT - STEG-UTG - SUD éducation - SNETAA-FO - SNETAP-FSU

Combattons le projet d’école Blanquer

samedi 23 février

Revendications de SUD éducation :

- L’abrogation de la réforme du lycée et du bac
- L’abrogation de la réforme de la voie professionnelle
- Le maintien du cadre national du baccalauréat, qui doit rester le premier grade universitaire et maintien d’un véritable anonymat lors des épreuves
- Une réduction des effectifs par classe en lycée (maximum 25 élèves) et la mise en place d’un dédoublement systématique par un cadrage national
- Le changement des EPLE en établissements polytechniques avec un enseignement qui garantisse à tou-te-s les élèves l’appropriation de tous les types de savoirs – qu’ils soient manuels, techniques,artistiques ou théoriques – reposant sur des pratiques pédagogiques coopératives et émancipatrices
- L’abandon du SNU et du service civique
- L’abandon du projet d’imposer une deuxième HSA dans le second degré
- L’abandon de la réforme des directions d’école
- Dans les écoles, un travail en équipe renforcé avec des moyens et du temps attribués aux écoles et non à des individu-e-s directeurs ou directrices. Une gestion collective des charges permettrait une prise en charge collégiale et/ou avec partage des tâches.
- Le respect de la liberté pédagogique des enseignant-e-s.
- La prise en main par les personnels eux-mêmes de leur formation pédagogique.

Jeudi 21 février - Journée d’action dans l’éducation

dimanche 17 février

SNES-FSU
SNEP-FSU
SNUEP-FSU
SUD éducation
SNETAA-FO
STEG-UTG
SGEN-CFDT
SNETAP-FSU

MARDI 12 FEVRIER - GREVE EDUCATION

jeudi 7 février

RENDEZ-VOUS
Cayenne - 9h00 - devant le Rectorat
Saint-Laurent - 9h00 - devant la Sous-préfecture

GREVE INTEPROFESSIONNELLE - PUBLIC-PRIVE - GUYANE - 5 FEVRIER

samedi 2 février

RENDEZ-VOUS
9h00 - Préfecture - Cayenne
9h00 - Sous-préfecture - Saint-Laurent