Haut Maroni

L’avant garde vous salue, Monsieur le Recteur

mardi 6 septembre 2005
par  Sud Éducation Guyane

E ncore une fois, ne défions pas
la coutume, il manque des postes
et des enseignants partout
en Guyane, quand ce ne sont pas des
classes, voire des écoles ! Encore une
fois, ce sont les établissements du
Haut-Maroni qui trinquent et ce sont
des dizaines d’élèves qui se retrouvent
sans enseignants. On se rend alors
compte que le Rectorat se montre relativement
inefficace quant à la gestion
de ce genre de problèmes qui persistent
donc à chaque rentrée.
On peut même ajouter que le cynisme
ne s’arrête pas là puisque, alors même
que les enseignants continuent de faire
la classe jusque dans des conditions de
vie précaire (comme par exemple les
habitants et enseignants de Twenké et
Taluhwen qui sont restés près de 6
mois sans eau potable l’année dernière…)
beaucoup se lassent de revendiquer
dans le vide et pour finir, s’en
vont !!!
Ainsi que fait notre Recteur à ce sujet
 ? Il fait des déclarations sur le rôle
de l’école de la République, nous rappelle
la grandeur de la France et proclame
son petit couplet « libertéégalité-
fraternité »… et quand on lui
rappelle que la Guyane, ce n’est pas
tout à fait la France hexagonale, il répond
et tergiverse sur la stricte application
des programmes et promet aussi
beaucoup d’améliorer les conditions de
vie des enseignants mais, au final :
nada , noti, uwa, que dalle…
D’ailleurs, n’est-il pas risqué de comparer
les enseignants des sites isolés à
une avant-garde, discours pour le
moins militaro-éducatif s’il en est, et
de laisser les enseignants gérer la situation
dans l’état. Les autres au
moins, ils ne promettaient rien, ça
avait au moins un mérite : c’était plus
franc !
Enfin, ne soyons pas trop dur et imaginons
que, peut-être, il n’a pas conscience
de ce que représente aujourd-
’hui l’école de la République à l’intérieur
du territoire – mais hélas aussi
sur le littoral – guyanais : un certain
paternalisme, de l’exclusion, de l’échec
scolaire et, au final, un grand mépris…
N’oublions en outre pas que beaucoup
de peuples de la Guyane n’ont jamais
demandé à avoir l’école française et
s’ils avaient su qu’elle serait une école
au rabais, ils n’en auraient certainement
pas voulu !!!
Depuis près de 30 ans que l’écoleexiste sur le Haut-Maroni, elle a fourni
plus de preuves de ses échecs que de
ses réussites, il est donc grand temps
de réfléchir à une autre forme d’école,
plus adaptée pédagogiquement et plus
respectueuse des écarts culturels existants…
à moins que l’école de la République
ne vise tout simplement à
terminer le travail de déstructuration et
de déculturation des peuples qui persistent
encore sur le territoire guyanais.
Qu’en dîtes-vous Môssieu l’avantgardiste
 ?
France, Ô France de la Liberté,
ton avant-garde
a vraiment un sale arrière-goût !!!


Commentaires

Agenda

<<

2018

 

<<

Juin

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930 
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Coup de gueule… bis

dimanche 14 septembre 2014

Au collège, on accueille de plus en plus d’élèves hétérogènes : non lecteurs, lecteurs débutants, déchiffreurs, en difficultés personnelles, sociales, primo arrivants, etc. Le collège doit donc devenir un lieu où tous ces élèves ont leur place mais aussi le lieu de toutes les expérimentations. Génial !
On va pouvoir enfin inventer, créer, innover. Oui, mais... Quels outils, quel matériel, quelle formation pour le professeur qui veut s’investir dans les projets ? Il va falloir tâtonner, trier la masse d’informations sur internet, faire des proformas, écouter le discours des uns, des autres, trouver une salle, demander une armoire, des livres, un ordinateur ? J’en passe ! Monter des projets, c’est bien joli, mais quel parcours du combattant ! Tout ceci est-il bien logique à l’heure où on supprime les enseignants spécialisés ? Est-ce au professeur lambda de remplacer ces spécialistes ? Comme d’habitude, on marche sur la tête !

Coup de gueule

dimanche 14 septembre 2014

80% d’une classe d’âge au bac ! C’était une révolution. L’égalité des chances... etc. Oui, on y arrive.
On trafique les notes, on fait passer les élèves au bénéfice de l’âge, on les maintient dans le système sans leur donner les moyens de réussir.... j’en passe ! On arrive maintenant à avoir des élèves qui vont au bac en sachant tout juste lire. Oui, tout le monde peut avoir son bac, un bac bradé pour faire du chiffre !
De quel intérêt parle-t-on alors ? Celui de l’élève ou celui de la sacro-sainte statistique d’une société dans laquelle seul le rendement compte ?

Enquête par questionnaire

jeudi 13 décembre 2012

Dès janvier SUD Éducation Guyane lancera une enquête par questionnaire sur les conditions matérielles de travail dans les écoles de Guyane.

L’objectif est pour nous de recueillir des données chiffrées histoire de dresser une liste assez exhaustive de problèmes rencontrés au niveau de nos extraordinaires conditions de travail...

Pour mener à bien cette enquête nous avons reçu un coup de main des camarades du département de sociologie de l’université Brest.

Double vacation

jeudi 13 décembre 2012

Le recteur est revenu sur sa position : il n’y aura pas d’expérimentation de la double vacation en Guyane. Reste que des enfants sont toujours non scolarisés et les constructions scolaires manquent cruellement.

La fédération SUD Éducation va intervenir auprès du ministère pour réaffirmer la nécessité d’un plan d’urgence pour l’éducation en Guyane.

Inspection : et si on arrêtait les bidouillages ?

jeudi 13 décembre 2012

SUD Éducation vient d’écrire au recteur pour lui demander de rappeler à ses Inspecteurs qu’ils ne peuvent pas faire n’importe quoi en matière d’inspection.

Les inspections surprises ne sont pas réglementaires. Les rapports d’inspection doivent être adressés aux intéressés dans un délai d’un mois et la note pédagogique doit être communiquée dans le trimestre qui suit l’inspection.