Edito

Rentrée scolaire 2005

dimanche 4 septembre 2005
par  Sud Éducation Guyane

Cette année
la rentrée scolaire s’est déroulée
sans soucis. Pas une seule classe sans enseignant à
quelques exceptions près. Tous les moyens ont été
mis en oeuvre afin de permettre une scolarisation décente
de tous les enfants de Guyane. Les collectivités
territoriales font correctement leur travail puisque la
croissance exponentielle du taux de natalité en
Guyane est parfaitement anticipée, toutes les structures
seront en place pour les années à venir. Rajoutons
que ces ouvertures de classe ont déjà été prises en
compte dans le budget de l’éducation nationale.
En Guyane, les enseignants et les parents peuvent se
réjouir de savoir que les enfants recevrons, un enseignement
d’excellente qualité et cela pour de longues
années. Ajouter à cela le climat qui nous traite de la
meilleur des façons et nous pourrons le dire :
Tout est bien dans le meilleur des mondes possible.

NE NOUS LAISSONS PAS ENDORMIR PAR DES DISCOURS EDULCORES !

Le jour où nous écrirons réellement ces lignes, nous
pourrons peut-être envisager de prendre nos vacances
syndicales. Ce texte n’est pourtant pas très éloigné de
ce que l’administration nous laisse entendre. Il ne faut
pourtant pas être d’une perspicacité hors du commun
pour s’apercevoir que la réalité guyanaise est à mille
lieux de ce que l’on nous dit.
Cette année encore ce sont les mêmes problèmes que
nous rencontrons pour la rentrée. Tous les postes ne
sont pas pourvus. Dans certains établissements c’est
près de la moitié des classes qui n’ont pas d’enseignant
(voir situation à Maripasoula). Des établissements
ne sont pas terminés, les préfabriqués n’ont pas
été posés (on en attend 12 à St Laurent). La situation
n’ayant pas changée les enfants non scolarisés sont
toujours aussi nombreux (et en nombre supérieur aux
5000 annoncés par le Recteur). Il faut croire qu’en
Guyane il y a deux types d’élèves : ceux qui sont dans
une classe surchargée et ceux qui n’ont pas d’école. Si
la Guyane c’est la France alors elle doit avoir droit à
autre chose qu’un service public d’éducation au rabais.
Dans une classe surchargée on enseigne un peu…
mais on y fait surtout du gardiennage. Depuis trop
longtemps ce sont les enseignants et les élèves qui
font les frais du peu d’investissement que l’administration
et les collectivités territoriales mettent dans le
service public d’éducation.
C’en est assez ! Exigeons maintenant et
partout des moyens pour scolariser tous les
enfants de Guyane dans de véritables
conditions d’enseignement !


Commentaires

Agenda

<<

2018

 

<<

Novembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Coup de gueule… bis

dimanche 14 septembre 2014

Au collège, on accueille de plus en plus d’élèves hétérogènes : non lecteurs, lecteurs débutants, déchiffreurs, en difficultés personnelles, sociales, primo arrivants, etc. Le collège doit donc devenir un lieu où tous ces élèves ont leur place mais aussi le lieu de toutes les expérimentations. Génial !
On va pouvoir enfin inventer, créer, innover. Oui, mais... Quels outils, quel matériel, quelle formation pour le professeur qui veut s’investir dans les projets ? Il va falloir tâtonner, trier la masse d’informations sur internet, faire des proformas, écouter le discours des uns, des autres, trouver une salle, demander une armoire, des livres, un ordinateur ? J’en passe ! Monter des projets, c’est bien joli, mais quel parcours du combattant ! Tout ceci est-il bien logique à l’heure où on supprime les enseignants spécialisés ? Est-ce au professeur lambda de remplacer ces spécialistes ? Comme d’habitude, on marche sur la tête !

Coup de gueule

dimanche 14 septembre 2014

80% d’une classe d’âge au bac ! C’était une révolution. L’égalité des chances... etc. Oui, on y arrive.
On trafique les notes, on fait passer les élèves au bénéfice de l’âge, on les maintient dans le système sans leur donner les moyens de réussir.... j’en passe ! On arrive maintenant à avoir des élèves qui vont au bac en sachant tout juste lire. Oui, tout le monde peut avoir son bac, un bac bradé pour faire du chiffre !
De quel intérêt parle-t-on alors ? Celui de l’élève ou celui de la sacro-sainte statistique d’une société dans laquelle seul le rendement compte ?

Enquête par questionnaire

jeudi 13 décembre 2012

Dès janvier SUD Éducation Guyane lancera une enquête par questionnaire sur les conditions matérielles de travail dans les écoles de Guyane.

L’objectif est pour nous de recueillir des données chiffrées histoire de dresser une liste assez exhaustive de problèmes rencontrés au niveau de nos extraordinaires conditions de travail...

Pour mener à bien cette enquête nous avons reçu un coup de main des camarades du département de sociologie de l’université Brest.

Double vacation

jeudi 13 décembre 2012

Le recteur est revenu sur sa position : il n’y aura pas d’expérimentation de la double vacation en Guyane. Reste que des enfants sont toujours non scolarisés et les constructions scolaires manquent cruellement.

La fédération SUD Éducation va intervenir auprès du ministère pour réaffirmer la nécessité d’un plan d’urgence pour l’éducation en Guyane.

Inspection : et si on arrêtait les bidouillages ?

jeudi 13 décembre 2012

SUD Éducation vient d’écrire au recteur pour lui demander de rappeler à ses Inspecteurs qu’ils ne peuvent pas faire n’importe quoi en matière d’inspection.

Les inspections surprises ne sont pas réglementaires. Les rapports d’inspection doivent être adressés aux intéressés dans un délai d’un mois et la note pédagogique doit être communiquée dans le trimestre qui suit l’inspection.