Le 26 mai : enterrement de la lutte en attendant la rentrée ?

Pour l’unité dans l’action, pas dans l’inaction !

lundi 25 mai 2009
par  Sud Éducation Guyane

Le secteur bancaire est en crise de sa propre responsabilité. Qu’ont fait le gouvernement et le patronat : ils ont renfloué ses caisses. Pour cela il y avait beaucoup d’argent ! Alors de quelle crise nous parle-t-on, à nous, enseignants, domiens, précaires, parents d’élèves, etc. ?

- Celle qui attaque le droit du travail sous prétexte de solidarité entre pauvres. Mais, les banquiers partagent-ils leur parachute doré ?
- Celle qui leur permet de supprimer des emplois et de réduire les coûts en employant des milliers de précaires sans perspective de titularisation. Mais les banquiers continuent à mettre leurs enfants dans des écoles qu’aucun d’entre nous ne peut se payer.

Nous avons fait grève le 29 janvier. Nous avons fait grève le 19 mars. Dans différents secteurs, des luttes se sont organisées : Continental, Caterpilar, Éducation Nationale, EDF, Universités, secteur hospitalier, le LKP en Guadeloupe, le MKL en Guyane…

Il était du devoir des organisations syndicales de renforcer ces luttes et de contribuer à leur convergence pour chercher à aller vers la grève générale. Or, l’intersyndicale nationale n’a pas été à la hauteur de cet enjeu.

Après le 19 mars, on attendait autre chose qu’un appel au premier mai !
Après le premier mai, que nous propose-t-on ? Une nouvelle journée d’« action » sans appel clair à la grève, sans perspective ! Gouvernement et patronat se moquent de ces grèves d’un jour dispersées et encore plus de ces prétendues journées d’action inoffensives.

Nous devons avancer des revendications précises : JUSTICE SOCIALE, DE DROIT DU TRAVAIL, DE LIBERTÉ SYNDICALE, DE RÉTABLISSEMENT DES SERVICES PUBLICS, plutôt que des appels à la relance de la consommation et de l’économie qui ne serviront qu’à enrichir... les banques au final !

Nous ne nous faisons aucune illusion sur la portée de ce nouvel appel de 24 heures. Pour cette raison, Sud éducation Guyane n’appelle pas à la grève ce jour là.

Parce que seule la grève générale fera plier ce gouvernement ! N’enterrons pas la lutte, construisons-la !


Pour que ceux qui le veulent puissent faire grève ce mardi 26 mai nous avons tout de même déposé un préavis de grève pour qu’ils soient couverts.


Documents joints

Tract 26 mai 2009

Commentaires

Agenda

<<

2018

 

<<

Juin

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930 
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Notre détermination est douce mais inébranlable

vendredi 8 juin

DEUX RDV CONTRE LA MONTAGNE D’OR :
CAYENNE - SAMEDI 16 JUIN – RDV PLACE DES PALMISTES – 16H00
SAINT-LAURENT - LUNDI 18 JUIN – RDV ROND-POINT DU STADE - 14H00

Halte à la gouvernance imbécile de la Guyane Contre la hiérarchie, pas de hiérarchie !

vendredi 18 mai

SUD éducation Guyane, à l’instar de son attachement et de la promotion des pédagogies alternatives, défend les principes de gouvernance alternative décidée collectivement par les usagers de l’éducation nationale.
SUD éducation Guyane attaché à ces principes anti-hiérarchiques ne souhaite [...] aucun recteur quel qu’il soit.
SUD éducation Guyane appelle tous les usagers de l’éducation nationale en Guyane à se réunir en assemblée générale et à convoquer des états généraux de la gouvernance de l’académie pour jeter les nouvelles bases de gestion et de gouvernance de notre académie, émancipée d’une hiérarchie inutile et incompétente.

GREVE - 22 MAI - FONCTION PUBLIQUE - GUYANE

samedi 12 mai

SAINT-LAURENT-DU-MARONI
CAYENNE
KOUROU

GREVE à l’appel de l’UTG, de la FSU, de la CDTG-CFDT, de l’UNSA, du SNETAA-FO et de Solidaires

1er mai - manifestation - Saint-Laurent - 9h30 - Château d’eau

vendredi 27 avril

Un 1er mai de lutte, social et internationaliste
Journée internationale de lutte des travailleurs/euses

SUD éducation Guyane appelle ses adhérent-e-s et sympathisant-e-s à rejoindre l’initiative de l’UTG et à se retrouver à 9h30 devant le Château d’eau. (prises de parole à 11h00 sur la place Flore Lithaw)

Les 9, 10 et 14 avril, sans attendre, amplifions les luttes !

jeudi 5 avril

Sur le terrain, dans les entreprises, les services, les départements et communes nous appelons nos équipes à poursuivre et amplifier leurs actions pour tisser des liens, fédérer les luttes et organiser l’offensive. La responsabilité du mouvement social est immense et nous devons être à la hauteur sans attendre. Il nous faut multiplier localement les initiatives de convergences devant des services publics (gares, hôpitaux, centres des finances, bureaux de postes, pôles emplois, écoles, EHPAD…) et les formes d’actions : rassemblements, actions, assemblées générales, grèves, diffusion de tracts, manifestations.