Rattrapage

Nous ne serons pas dupes de leurs exigences !

mardi 17 février 2009
par  Sud Éducation Guyane

Sud éducation refuse de cautionner les manœuvres rectorales qui conduisent à nous faire croire que nous devons récupérer les heures et les jours de classe « perdus » lors du mouvement de novembre/décembre. Nous n’acceptons pas ces directives qui incitent entre autre à la modification des dates des vacances scolaires, auxquelles les élèves et les membres de l’Éducation Nationale ont droit, les rythmes scolaires n’ayant pas été décidés sur la base d’improvisations mais pour permettre aux jeunes de se reposer.

Continuera-t-on longtemps à nous dédaigner, en votant des décisions sans les représentants des personnels pour ensuite nous faire croire que ces décisions seront le fruit d’une concertation en conseil d’administration ou en conseil d’école ? La première réunion concernant le rattrapage des cours devait avoir lieu le 22 janvier. Or, le quorum n’ayant pas été atteint, le recteur a de nouveau convoqué le CAEN pour le 29 janvier, jour d’une grève national, dont l’annonce a été faite plus d’un mois auparavant. Il a délibérément maintenu cette réunion un jour de mobilisation, manifestant une nouvelle fois son dédain pour les revendications du personnel, qu’il n’a même pas daigné écouter ce jour-là. Cette décision a donc été votée en comité restreint, sans aucun représentant du personnel et en tant que telle, elle est inacceptable.

Continuera-t-on longtemps à jeter le discrédit sur la conscience que le personnel enseignant a de sa mission ? Les personnels, bien souvent, n’ont pas attendu des directives pour rattraper des heures de cours, particulièrement quand le déficit en heures de cours était nuisible à la préparation correcte des examens. Qui plus est, d’un endroit à un autre les situations ont été très différentes sur l’ensemble du territoire et la mesure ne saurait être la même pour tout le monde en Guyane, ce que d’ailleurs chaque établissement a déjà largement pris en compte.

Continuera-t-on longtemps à nous faire croire surtout que cette décision est prise dans le souci du bien des élèves ? Nous dénonçons l’hypocrisie d’un recteur qui prétend se soucier des heures de cours perdues quand dans nombre d’établissements de Guyane, la classe ne peut se tenir dans des conditions normales de sécurité et d’exigence de niveau, du fait des défaillances structurelles et matérielles. Que le Recteur écoute les revendications du personnel, qui connaît son métier et les besoins multiples des établissements, au lieu de se retrancher dans son Rectorat dès que le mécontentement gronde. Les congés et les emplois du temps des personnels et des élèves ne doivent pas être modulables selon le bon vouloir du Recteur.

Le blocage de la Guyane a débouché sur une baisse conséquente du prix de l’essence pour l’ensemble de la population, y compris les membres de l’Éducation Nationale. Nous n’accepterons pas cette façon de concevoir l’activité politique, syndicale ou citoyenne comme une perturbation « rattrapable » ! Les luttes ne sont pas des caprices d’enfants.

Des établissements ont déjà fait savoir qu’ils ne feront pas ce rattrapage. Sud Éducation Guyane les soutient dans leur démarche et appelle l’ensemble de la communauté éducative à en faire autant.

Sud Éducation Guyane.


Commentaires

Agenda

<<

2020

 

<<

Septembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
282930    
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Solidaires Fonction publique

mardi 28 juillet

- Compte rendu du Csfpe du 16 juillet 2020 : destruction des Chsct & remise en cause des cap
(tract)

- Rendez-vous salarial du 24 juillet 2020 : pipeau, clarinette et flûte à bec
(tract)

MARDI 21 JUILLET 2020 : MOBILISATION DE LA GUYANE

mardi 21 juillet

RENDEZ-VOUS
8H00
PLACE VICTOR HUGO
EX STATUE VICTOR SCHOELCHER

La vie des Noir-es compte, comme celle des racisé-es en général, aux Etats-Unis, en France, partout

mercredi 3 juin

Le racisme, systémique, d’Etat, qu’on l’appelle comme on veut, est un fait dans les sociétés occidentales, il faut être désormais aveugle pour l’ignorer. Pendant ce temps, son poison continue à se répandre et à tuer !

Justice pour George Floyd, pour Adama, justice pour toutes les victimes des violences policières et du racisme !

Sur le Web : Black lives matter !

Solidarité Kanaky - Bulletin 6 et 7 + autocollants

mercredi 3 juin

Organisations membres du Collectif Solidarité Kanaky

MJKF (Mouvement des Jeunes Kanak en France), USTKE (Union Syndicale des Travailleurs Kanak et des Exploités (en France), Union syndicale Solidaires, CNT (Confédération Nationale du Travail), Sindicatu di i Travagliadori Corsi, Ensemble !, NPA (Nouveau parti anticaptialiste), PIR (Parti des indigènes de la République), PCOF (Parti communiste des Ouvriers de France), Union communiste libertaire, Ni guerre ni État de Guerre, Association Survie, FASTI (Fédération des Associations de Solidarité avec Tou-te-s les Immigré-e-s), FUIQP (Front Uni des Immigrations et des Quartiers populaires.

Sur le Web : Solidarité Kanaky