Rattrapage

Nous ne serons pas dupes de leurs exigences !

mardi 17 février 2009
par  Sud Éducation Guyane

Sud éducation refuse de cautionner les manœuvres rectorales qui conduisent à nous faire croire que nous devons récupérer les heures et les jours de classe « perdus » lors du mouvement de novembre/décembre. Nous n’acceptons pas ces directives qui incitent entre autre à la modification des dates des vacances scolaires, auxquelles les élèves et les membres de l’Éducation Nationale ont droit, les rythmes scolaires n’ayant pas été décidés sur la base d’improvisations mais pour permettre aux jeunes de se reposer.

Continuera-t-on longtemps à nous dédaigner, en votant des décisions sans les représentants des personnels pour ensuite nous faire croire que ces décisions seront le fruit d’une concertation en conseil d’administration ou en conseil d’école ? La première réunion concernant le rattrapage des cours devait avoir lieu le 22 janvier. Or, le quorum n’ayant pas été atteint, le recteur a de nouveau convoqué le CAEN pour le 29 janvier, jour d’une grève national, dont l’annonce a été faite plus d’un mois auparavant. Il a délibérément maintenu cette réunion un jour de mobilisation, manifestant une nouvelle fois son dédain pour les revendications du personnel, qu’il n’a même pas daigné écouter ce jour-là. Cette décision a donc été votée en comité restreint, sans aucun représentant du personnel et en tant que telle, elle est inacceptable.

Continuera-t-on longtemps à jeter le discrédit sur la conscience que le personnel enseignant a de sa mission ? Les personnels, bien souvent, n’ont pas attendu des directives pour rattraper des heures de cours, particulièrement quand le déficit en heures de cours était nuisible à la préparation correcte des examens. Qui plus est, d’un endroit à un autre les situations ont été très différentes sur l’ensemble du territoire et la mesure ne saurait être la même pour tout le monde en Guyane, ce que d’ailleurs chaque établissement a déjà largement pris en compte.

Continuera-t-on longtemps à nous faire croire surtout que cette décision est prise dans le souci du bien des élèves ? Nous dénonçons l’hypocrisie d’un recteur qui prétend se soucier des heures de cours perdues quand dans nombre d’établissements de Guyane, la classe ne peut se tenir dans des conditions normales de sécurité et d’exigence de niveau, du fait des défaillances structurelles et matérielles. Que le Recteur écoute les revendications du personnel, qui connaît son métier et les besoins multiples des établissements, au lieu de se retrancher dans son Rectorat dès que le mécontentement gronde. Les congés et les emplois du temps des personnels et des élèves ne doivent pas être modulables selon le bon vouloir du Recteur.

Le blocage de la Guyane a débouché sur une baisse conséquente du prix de l’essence pour l’ensemble de la population, y compris les membres de l’Éducation Nationale. Nous n’accepterons pas cette façon de concevoir l’activité politique, syndicale ou citoyenne comme une perturbation « rattrapable » ! Les luttes ne sont pas des caprices d’enfants.

Des établissements ont déjà fait savoir qu’ils ne feront pas ce rattrapage. Sud Éducation Guyane les soutient dans leur démarche et appelle l’ensemble de la communauté éducative à en faire autant.

Sud Éducation Guyane.


Commentaires

Agenda

<<

2018

 

<<

Août

>>

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

Brèves

Notre détermination est douce mais inébranlable

vendredi 8 juin

DEUX RDV CONTRE LA MONTAGNE D’OR :
CAYENNE - SAMEDI 16 JUIN – RDV PLACE DES PALMISTES – 16H00
SAINT-LAURENT - LUNDI 18 JUIN – RDV ROND-POINT DU STADE - 14H00

Halte à la gouvernance imbécile de la Guyane Contre la hiérarchie, pas de hiérarchie !

vendredi 18 mai

SUD éducation Guyane, à l’instar de son attachement et de la promotion des pédagogies alternatives, défend les principes de gouvernance alternative décidée collectivement par les usagers de l’éducation nationale.
SUD éducation Guyane attaché à ces principes anti-hiérarchiques ne souhaite [...] aucun recteur quel qu’il soit.
SUD éducation Guyane appelle tous les usagers de l’éducation nationale en Guyane à se réunir en assemblée générale et à convoquer des états généraux de la gouvernance de l’académie pour jeter les nouvelles bases de gestion et de gouvernance de notre académie, émancipée d’une hiérarchie inutile et incompétente.

GREVE - 22 MAI - FONCTION PUBLIQUE - GUYANE

samedi 12 mai

SAINT-LAURENT-DU-MARONI
CAYENNE
KOUROU

GREVE à l’appel de l’UTG, de la FSU, de la CDTG-CFDT, de l’UNSA, du SNETAA-FO et de Solidaires

1er mai - manifestation - Saint-Laurent - 9h30 - Château d’eau

vendredi 27 avril

Un 1er mai de lutte, social et internationaliste
Journée internationale de lutte des travailleurs/euses

SUD éducation Guyane appelle ses adhérent-e-s et sympathisant-e-s à rejoindre l’initiative de l’UTG et à se retrouver à 9h30 devant le Château d’eau. (prises de parole à 11h00 sur la place Flore Lithaw)

Les 9, 10 et 14 avril, sans attendre, amplifions les luttes !

jeudi 5 avril

Sur le terrain, dans les entreprises, les services, les départements et communes nous appelons nos équipes à poursuivre et amplifier leurs actions pour tisser des liens, fédérer les luttes et organiser l’offensive. La responsabilité du mouvement social est immense et nous devons être à la hauteur sans attendre. Il nous faut multiplier localement les initiatives de convergences devant des services publics (gares, hôpitaux, centres des finances, bureaux de postes, pôles emplois, écoles, EHPAD…) et les formes d’actions : rassemblements, actions, assemblées générales, grèves, diffusion de tracts, manifestations.