Blocus de la Guyane

samedi 29 novembre 2008
par  Sud Éducation Guyane

Sud Éducation Guyane s’accorde avec le mouvement actuel sur les points suivants :

Nécessité d’une baisse des carburants et de tous les autres produits de nécessité pour la continuité territoriale et au nom de l’égalité.

Alignement des prix sur ceux de la métropole, pris en charge par l’état. Conservation des taxes perçues par les collectivités territoriales, si elles servent réellement au développement des infrastructures guyanaises et spécifiquement de son école.

Arrêt des profits de l’industrie pétrolière sur le dos des Guyanais.

Blocage, grèves, manifestations, jusqu’à obtention des revendications.

Exigence du respect de la dignité de la Guyane par les médias métropolitains et les représentants de l’état qui nous ignorent, dans ce mouvement comme dans celui des enseignants en mai dernier.

Sud Education pense cependant :

Que continuer à faire du tout-pétrole n’est pas une solution d’avenir, surtout en temps de crise, et d’autant plus en Guyane.

Que la solidarité doit avant tout être celle des citoyens, plutôt que celle des consommateurs.

Que le mouvement doit appartenir au peuple qui s’est mobilisé et non à ses représentants quels qu’ils soient.

Ayant pris le temps de la réflexion, sur les barrages et en interne, Sud Éducation tient avant tout à la SOLIDARITE d’une grève générale.


Commentaires

Agenda

<<

2019

 

<<

Mars

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

VENDREDI 15 mars - GREVE dans L’EDUCATION

jeudi 28 février

Appel à la grève
SNES-FSU - SNEP-FSU - SNUEP-FSU - SGEN-CFDT - STEG-UTG - SUD éducation - SNETAA-FO - SNETAP-FSU

Combattons le projet d’école Blanquer

samedi 23 février

Revendications de SUD éducation :

- L’abrogation de la réforme du lycée et du bac
- L’abrogation de la réforme de la voie professionnelle
- Le maintien du cadre national du baccalauréat, qui doit rester le premier grade universitaire et maintien d’un véritable anonymat lors des épreuves
- Une réduction des effectifs par classe en lycée (maximum 25 élèves) et la mise en place d’un dédoublement systématique par un cadrage national
- Le changement des EPLE en établissements polytechniques avec un enseignement qui garantisse à tou-te-s les élèves l’appropriation de tous les types de savoirs – qu’ils soient manuels, techniques,artistiques ou théoriques – reposant sur des pratiques pédagogiques coopératives et émancipatrices
- L’abandon du SNU et du service civique
- L’abandon du projet d’imposer une deuxième HSA dans le second degré
- L’abandon de la réforme des directions d’école
- Dans les écoles, un travail en équipe renforcé avec des moyens et du temps attribués aux écoles et non à des individu-e-s directeurs ou directrices. Une gestion collective des charges permettrait une prise en charge collégiale et/ou avec partage des tâches.
- Le respect de la liberté pédagogique des enseignant-e-s.
- La prise en main par les personnels eux-mêmes de leur formation pédagogique.

Jeudi 21 février - Journée d’action dans l’éducation

dimanche 17 février

SNES-FSU
SNEP-FSU
SNUEP-FSU
SUD éducation
SNETAA-FO
STEG-UTG
SGEN-CFDT
SNETAP-FSU

MARDI 12 FEVRIER - GREVE EDUCATION

jeudi 7 février

RENDEZ-VOUS
Cayenne - 9h00 - devant le Rectorat
Saint-Laurent - 9h00 - devant la Sous-préfecture

GREVE INTEPROFESSIONNELLE - PUBLIC-PRIVE - GUYANE - 5 FEVRIER

samedi 2 février

RENDEZ-VOUS
9h00 - Préfecture - Cayenne
9h00 - Sous-préfecture - Saint-Laurent