En Guyane, la fusée décolle... pas l’école !

La Guyane n’intéresse pas les médias ?
jeudi 12 juin 2008
par  Sud Éducation Guyane

A Bordeaux des enseignants bloquent l’inspection académique pendant trois heures ; ils obtiennent la garantie d’une rencontre avec le ministre. Cela fait l’objet d’une dépêche AFP.
A Paris, une quinzaine d’écoles étaient "perturbées" vendredi dans les XVIIIe et XXe arrondissements de Paris par des "occupations" qui ne concernent parfois que les bureaux des directeurs ou directrices des écoles concernées, sans priver les écoliers de classe. Cela justifie une autre dépêche AFP.
A Paris toujours, 5 postes de soutien en lecture pour les élèves en difficulté seraient supprimés à la rentrée. Cela est rapporté dans « Le Monde ».

En Guyane, les enseignants ont effectué 6 jours de grève en 3 semaines (avec 70 à 80% de taux de participation), les manifestations ont rassemblé jusqu’à plus de 2000 personnes (parents, lycéens, élus...), les établissements de l’ouest du département sont paralysés depuis deux mois, le rectorat est occupé depuis 3 semaines et... black-out total dans la presse !
En Guyane, département qui concentre toutes les difficultés (non scolarisation, échec scolaire record, enfants non francophones, niveau socioéconomique des familles le plus bas du pays, manque d’enseignants titulaires…), le recteur ne propose rien de moins que de fermer 24 CLIN et 6 CLAD et autres CLA-NSA et… cela n’intéresse la presse !

Le droit à une éducation de qualité serait-il moins légitime en Guyane qu’ailleurs ? Le fait que l’école soit sabordée n’est-il pas suffisamment médiatique parce que cela se passe dans un département lointain, exotique et un peu « folklorique » ? C’est vrai, c’est moins grave là-bas parce qu’il fait chaud, et puis est-ce vraiment un département français ?

Face à ce silence médiatique, malgré un communiqué envoyé à tous les organismes de presse nationaux (lettre ouverte au Président de la République), l’intersyndicale (SE-UNSA, A&I-UNSA, SNUipp/SNES/SNEP-FSU, SNCL-FAEN, STEG-UTG, SUD-Éducation, SGEN-CDTG-CFDT, SGPEN-CGT, SNETAA-EIL, les collectifs de l’Ouest et le CENT - Collectif des Enseignants Non Titulaires, FCPE, UNL) a décidé de lancer une grande opération de sensibilisation de l’opinion publique nationale par l’intermédiaire de l’affiche en pièce jointe.

Le principe est le suivant : le lundi 16 juin (pour n’entrer en concurrence ni avec les mouvements prévus les 10 et 17 juin, ni avec la nuit des écoles du 13 juin), nous demandons à toutes les écoles et établissements du second degré de placarder cette affiche à la grille (si possible en A3 voire plus) et au panneau d’information syndicale, de la diffuser en salle des professeurs, aux parents d’élèves et de sensibiliser la presse régionale à ce mouvement.

Nous demandons à chaque centrale syndicale nationale de relayer cette initiative auprès de ses secrétariats départementaux ou académiques, d’en avertir la presse nationale et d’y diffuser la lettre ouverte au président de la République, enfin de demander une audience au ministre de l’Éducation Nationale comme l’ont déjà fait le SNEP et le SNUipp.

La journée du lundi 16 mai doit être nationalement celle du soutien aux légitimes revendications de la Guyane pour une école digne de ce nom, pour l’arrêt du sabordage du système éducatif de ce département et pour le respect des droits les plus fondamentaux et de l’égalité des chances jusque dans ce coin reculé de la République.

Pour l’intersyndicale,
Jean-Noël Grandvillemin


Documents joints

Affiche la fusée décolle... pas l'école

Commentaires

Agenda

<<

2019

 

<<

Mars

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

VENDREDI 15 mars - GREVE dans L’EDUCATION

jeudi 28 février

Appel à la grève
SNES-FSU - SNEP-FSU - SNUEP-FSU - SGEN-CFDT - STEG-UTG - SUD éducation - SNETAA-FO - SNETAP-FSU

Combattons le projet d’école Blanquer

samedi 23 février

Revendications de SUD éducation :

- L’abrogation de la réforme du lycée et du bac
- L’abrogation de la réforme de la voie professionnelle
- Le maintien du cadre national du baccalauréat, qui doit rester le premier grade universitaire et maintien d’un véritable anonymat lors des épreuves
- Une réduction des effectifs par classe en lycée (maximum 25 élèves) et la mise en place d’un dédoublement systématique par un cadrage national
- Le changement des EPLE en établissements polytechniques avec un enseignement qui garantisse à tou-te-s les élèves l’appropriation de tous les types de savoirs – qu’ils soient manuels, techniques,artistiques ou théoriques – reposant sur des pratiques pédagogiques coopératives et émancipatrices
- L’abandon du SNU et du service civique
- L’abandon du projet d’imposer une deuxième HSA dans le second degré
- L’abandon de la réforme des directions d’école
- Dans les écoles, un travail en équipe renforcé avec des moyens et du temps attribués aux écoles et non à des individu-e-s directeurs ou directrices. Une gestion collective des charges permettrait une prise en charge collégiale et/ou avec partage des tâches.
- Le respect de la liberté pédagogique des enseignant-e-s.
- La prise en main par les personnels eux-mêmes de leur formation pédagogique.

Jeudi 21 février - Journée d’action dans l’éducation

dimanche 17 février

SNES-FSU
SNEP-FSU
SNUEP-FSU
SUD éducation
SNETAA-FO
STEG-UTG
SGEN-CFDT
SNETAP-FSU

MARDI 12 FEVRIER - GREVE EDUCATION

jeudi 7 février

RENDEZ-VOUS
Cayenne - 9h00 - devant le Rectorat
Saint-Laurent - 9h00 - devant la Sous-préfecture

GREVE INTEPROFESSIONNELLE - PUBLIC-PRIVE - GUYANE - 5 FEVRIER

samedi 2 février

RENDEZ-VOUS
9h00 - Préfecture - Cayenne
9h00 - Sous-préfecture - Saint-Laurent