Entrave au droit syndical

Un recteur qui fait de l’intimidation est un recteur qui a peur

mercredi 9 avril 2008
par  Sud Éducation Guyane

Quoi que puisse dire l’administration, toutes les personnes qui ont déposé leur demande de congé pour formation syndicale avant le 14 mars peuvent participer au stage des 14 et 15 avril.

D’une part le rectorat est hors délai car aucune lettre de refus de stage n’est parvenue avant le 31 mars. Et comme dit la loi :

« A défaut de réponse expresse au plus tard le quinzième jour qui précède le début du stage ou de la session, le congé est réputé accordé »
(Décret n°84-474 du 15 juin 1984).

D’autre part il est absolument interdit de demander à un salarié quel est son syndicat. Si votre administration vous dit qu’elle acceptera votre congé formation que si vous déclinez votre appartenance syndicale répondez qu’il est illégal de faire une telle demande.

De notre côté, SUD Éducation Guyane a informé le recteur que pour le cas où des personnels se verraient sanctionnés du fait de leur participation à la formation syndicale des 14 et 15 avril prochains, nous contesterions chacune de ces décisions par le biais d’un recours en excès de pouvoir devant la juridiction administrative.

Dans cette histoire il semble bien que le rectorat redoute que nous puissions nous réunir et nous organiser. C’est bon signe !


Documents joints

Lettre au recteur

Commentaires

Agenda

<<

2019

 

<<

Mars

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

VENDREDI 15 mars - GREVE dans L’EDUCATION

jeudi 28 février

Appel à la grève
SNES-FSU - SNEP-FSU - SNUEP-FSU - SGEN-CFDT - STEG-UTG - SUD éducation - SNETAA-FO - SNETAP-FSU

Combattons le projet d’école Blanquer

samedi 23 février

Revendications de SUD éducation :

- L’abrogation de la réforme du lycée et du bac
- L’abrogation de la réforme de la voie professionnelle
- Le maintien du cadre national du baccalauréat, qui doit rester le premier grade universitaire et maintien d’un véritable anonymat lors des épreuves
- Une réduction des effectifs par classe en lycée (maximum 25 élèves) et la mise en place d’un dédoublement systématique par un cadrage national
- Le changement des EPLE en établissements polytechniques avec un enseignement qui garantisse à tou-te-s les élèves l’appropriation de tous les types de savoirs – qu’ils soient manuels, techniques,artistiques ou théoriques – reposant sur des pratiques pédagogiques coopératives et émancipatrices
- L’abandon du SNU et du service civique
- L’abandon du projet d’imposer une deuxième HSA dans le second degré
- L’abandon de la réforme des directions d’école
- Dans les écoles, un travail en équipe renforcé avec des moyens et du temps attribués aux écoles et non à des individu-e-s directeurs ou directrices. Une gestion collective des charges permettrait une prise en charge collégiale et/ou avec partage des tâches.
- Le respect de la liberté pédagogique des enseignant-e-s.
- La prise en main par les personnels eux-mêmes de leur formation pédagogique.

Jeudi 21 février - Journée d’action dans l’éducation

dimanche 17 février

SNES-FSU
SNEP-FSU
SNUEP-FSU
SUD éducation
SNETAA-FO
STEG-UTG
SGEN-CFDT
SNETAP-FSU

MARDI 12 FEVRIER - GREVE EDUCATION

jeudi 7 février

RENDEZ-VOUS
Cayenne - 9h00 - devant le Rectorat
Saint-Laurent - 9h00 - devant la Sous-préfecture

GREVE INTEPROFESSIONNELLE - PUBLIC-PRIVE - GUYANE - 5 FEVRIER

samedi 2 février

RENDEZ-VOUS
9h00 - Préfecture - Cayenne
9h00 - Sous-préfecture - Saint-Laurent