Edito

lundi 4 septembre 2006
par  Sud Éducation Guyane

C’est la rentrée des crasses

Le recteur Blanquer a beau se taper sur le ventre et se pavaner dans tous les médias guyanais pour annoncer tout guilleret la création de 170 postes supplémentaires pour l’académie, ne nous trompons pas, cette rentrée 2006 ne se passe pas aussi bien qu’on veut nous le faire croire.
La création de postes dans l’académie de la Guyane n’occulte pas les 15 000 postes de fonctionnaires partant à la retraite qui ne seront pas reconduis. Et si on peut se réjouir que le ministère prenne en compte l’augmentation de la population scolaire guyanaise, ces créations ne sont pas suffisantes pour combler l’immense déficit de personnel de l’académie et ne tiennent pas compte de tous les enfants non scolarisés du département. Car en cette rentrée, la mode est plutôt à la disette et aux coups fourrés.
Toutes les mesures de la loi Fillon que nous dénoncions sont en train de se mettre en place sournoisement sous la houlette du ministre de Robien. Dans la foulée, le gouvernement Villepin innove en approuvant dans le cadre de la Loi dite sur l’Egalité des chances, l’apprentissage junior dès 14 ans qui peut remettre en cause l’obligation scolaire jusqu’à 16 ans. Car pour les élèves aussi c’est la rentrée des crasses, leur comportement va maintenant être noté histoire que, après l’épisode du CPE, la jeunesse apprenne enfin à faire profil bas et à rentrer bien sagement dans le rang.
Toutes ces mesures s’opèrent dans le cadre de la LOLF (loi organique relative aux lois de finances) dans une logique de contractualisation des moyens selon les « performances », la fameuse culture des « objectifs ». Désormais, le champ sémantique utilisé le prouve, l’école n’est qu’une entreprise comme les autres, soumises aux lois de la concurrence et de la rentabilité économique. Le MEDEF en rêvait depuis longtemps, le gouvernement le fait tranquillement.

Face à ces dégradations continues, la mobilisation est un impératif. L’avenir de l’école publique nécessitera assurément plus que la grève du 28 septembre... Cette journée doit être une étape vers une mobilisation croissante que nous devons construire sans attendre dans nos établissements. Sud éducation Guyane appelle tous les personnels, titulaires et non titulaires à se réunir, à tenir des heures syndicales et des AG dans ce but.

Cette rentrée a aussi été l’occasion de faire comprendre à la préfecture de la Guyane que la récré était terminée. Si les services de la préfecture ont pu se vanter d’avoir expulsé des enfants scolarisé pendant les vacances, la mobilisation des jeunes et des enseignants a permis de stopper provisoirement l’expulsion d’élèves.
Pour Sud Éducation, cette mobilisation est un premier pas. Tant que la préfecture n’aura pas pris d’engagement écrit nous devrons rester réactifs.


Commentaires

Agenda

<<

2018

 

<<

Août

>>

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

Brèves

Coup de gueule… bis

dimanche 14 septembre 2014

Au collège, on accueille de plus en plus d’élèves hétérogènes : non lecteurs, lecteurs débutants, déchiffreurs, en difficultés personnelles, sociales, primo arrivants, etc. Le collège doit donc devenir un lieu où tous ces élèves ont leur place mais aussi le lieu de toutes les expérimentations. Génial !
On va pouvoir enfin inventer, créer, innover. Oui, mais... Quels outils, quel matériel, quelle formation pour le professeur qui veut s’investir dans les projets ? Il va falloir tâtonner, trier la masse d’informations sur internet, faire des proformas, écouter le discours des uns, des autres, trouver une salle, demander une armoire, des livres, un ordinateur ? J’en passe ! Monter des projets, c’est bien joli, mais quel parcours du combattant ! Tout ceci est-il bien logique à l’heure où on supprime les enseignants spécialisés ? Est-ce au professeur lambda de remplacer ces spécialistes ? Comme d’habitude, on marche sur la tête !

Coup de gueule

dimanche 14 septembre 2014

80% d’une classe d’âge au bac ! C’était une révolution. L’égalité des chances... etc. Oui, on y arrive.
On trafique les notes, on fait passer les élèves au bénéfice de l’âge, on les maintient dans le système sans leur donner les moyens de réussir.... j’en passe ! On arrive maintenant à avoir des élèves qui vont au bac en sachant tout juste lire. Oui, tout le monde peut avoir son bac, un bac bradé pour faire du chiffre !
De quel intérêt parle-t-on alors ? Celui de l’élève ou celui de la sacro-sainte statistique d’une société dans laquelle seul le rendement compte ?

Enquête par questionnaire

jeudi 13 décembre 2012

Dès janvier SUD Éducation Guyane lancera une enquête par questionnaire sur les conditions matérielles de travail dans les écoles de Guyane.

L’objectif est pour nous de recueillir des données chiffrées histoire de dresser une liste assez exhaustive de problèmes rencontrés au niveau de nos extraordinaires conditions de travail...

Pour mener à bien cette enquête nous avons reçu un coup de main des camarades du département de sociologie de l’université Brest.

Double vacation

jeudi 13 décembre 2012

Le recteur est revenu sur sa position : il n’y aura pas d’expérimentation de la double vacation en Guyane. Reste que des enfants sont toujours non scolarisés et les constructions scolaires manquent cruellement.

La fédération SUD Éducation va intervenir auprès du ministère pour réaffirmer la nécessité d’un plan d’urgence pour l’éducation en Guyane.

Inspection : et si on arrêtait les bidouillages ?

jeudi 13 décembre 2012

SUD Éducation vient d’écrire au recteur pour lui demander de rappeler à ses Inspecteurs qu’ils ne peuvent pas faire n’importe quoi en matière d’inspection.

Les inspections surprises ne sont pas réglementaires. Les rapports d’inspection doivent être adressés aux intéressés dans un délai d’un mois et la note pédagogique doit être communiquée dans le trimestre qui suit l’inspection.