Dans un contexte de crise sanitaire, sociale...

Solidaires lycéen-ne-s
samedi 14 novembre 2020
par  Sud Éducation Guyane

Dans un contexte de crise sanitaire, sociale et économique le ministère de l’éducation nationale a un but plus que clair : garder les lycées ouverts, sans dépenser un euro.

En ce deuxième confinement, les mesures prises pour notre santé sont faibles et appliquées au cas par cas. Des mesures concrètes et radicales doivent être financées pour permettre aux collégien-ne-s et aux lycéen-ne-s d’étudier en sécurité et dans des bonnes conditions.

Les masques ou flacons de gel hydralcoolique ne sont toujours pas fournis ; les lycéens se regroupent toujours dans les salles de classe, de sport, dans les cantines,sans espace ; la continuité numérique des cours est pire qu’approximative : les“mesures” ministérielles tant entendues peinent à être vues.

La seule réponse du gouvernement à ces interrogations est la répression : la logique autoritaire continue son chemin, se durcissant avec le prétexte du confinement.

Autour des lycées mobilisés de région parisienne les maîtres mots sont : interdiction de manifestations, violences, verbalisations.

Les éléments de language que l’état utilise lorsque ses représentants ne sont pas sous les néons de la télévision sont bien différents des argumentaires policés des portes paroles : l’intimidation, les coups de matraques et les amendes.

Pendant que des lycéen-ne-s se mobilisent pour leurs vies et celles de leur entourage, il apparaît que des membres de l’organisation lycéenne favorite du ministère dépense ses subventions dans des restaurants étoilés, des hôtels de luxe ou des virées à l’Apple Store.

Il apparaît aussi que ce dernier, informé par des adhérents d’Avenir Lycéen ayant eu vent de la fraude, aie continué son traitement de faveur en fermant les yeux face à la flagrante rupture de la convention d’utilisation des subventions. Le ministère préfère condamner les bloqueurs que les coupables de détournement de subventions publiques.

Nous refusons la criminalisation de la manifestation et nous exigeons le retrait complet et immédiat de la loi “sécurité globale”, qui fait un pas de plus vers l’impunité et l’irresponsabilité policière.

Nous exigeons l’application de nouvelles mesures sanitaires indispensables à nos vies, à celles de nos professeurs et de nos familles, résultat de la consultation des lycéens et des travailleurs de l’éducation nationale.

Nous nous mobiliserons sans relâche pour ces revendications et nous appelons nos professeurs à exercer leurs droits de retrait et de grève pour non seulement nos conditions d’éducation, mais nos vies.

La seule réponse à la crise à laquelle nous faisons tou-te-s face est l’organisation de la solidarité.

contact : solidaires-lycees@riseup.ne


Commentaires

Agenda

<<

2021

 

<<

Janvier

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Non à la loi liberticide « sécurité globale »

mercredi 16 décembre 2020

Dans une lettre ouverte à Emmanuel Macron, un collectif d’organisations syndicales (notamment SUD-Solidaires) et de journalistes demande le retrait des articles 21, 22 et 24 au nom du respect des libertés fondamentales.

Numéro Vert d’appui syndical de Solidaires !

lundi 30 novembre 2020

Le Numéro Vert d’appui syndical de Solidaires qui avait été lancé lors du premier confinement est remis en fonctionnement à partir du 30 novembre.

Il doit permettre d’aider les salarié-es, les chômeurs/ses, les étudiant-es à faire valoir leurs droits dans une période difficile et d’attaques contre les droits de tous-tes.

Le Numéro Vert 0 805 37 21 34 fonctionne désormais du lundi au vendredi entre 11h et 14h (Hexagone)

Face au Covid et au gouvernement

samedi 7 novembre 2020

Le covid se répand à nouveau d’une façon exponentielle. La crise sanitaire est grave. La première des priorités doit être la lutte pour limiter la contagion. Il faut également lutter contre la crise économique, sociale et écologique ! Il y a des mesures immédiates à prendre.

Sur le Web : Voir la vidéo

Samuel Paty : deuil, recueillement et solidarité

dimanche 18 octobre 2020

Les enseignant-e-s doivent pouvoir aborder les différents sujets du programme en classe en utilisant les supports pédagogiques qui leur paraissent pertinents sans avoir à craindre des représailles, sans même parler des menaces sur leurs vie...

Sur le Web : SUD Education