La solidarité n’est pas un délit ! Les manifestants ne sont pas des criminels !

mercredi 24 octobre 2007
par  Sud Éducation Guyane

Appel à soutenir David Prévot, enseignant poursuivi pour sa
présence aux côtés des lycéens en grève contre la Loi Fillon au
printemps 2005 :
Procès le 10 décembre 2007 au TGI de Paris

Pour déconstruire les acquis sociaux et le droit du travail, le gouvernement poursuit sa campagne médiatique de déconsidération du mouvement social et de répression. Parallèlement aux attaques contre le droit de grève (service minimum), la criminalisation des résistances s’accentue, frappant aussi bien ceux qui s’opposent aux expulsions des sans-papiers, que ceux qui tentent de faire entendre leur opposition aux réformes antisociales.

Ainsi David Prévot, enseignant et militant de SUD éducation, doit comparaître devant le Tribunal de Grande Instance de Paris le lundi 10 décembre. Il est accusé, à tort, d’avoir, le 20 avril 2005, commis volontairement des violences sur des personnes, dont certaines « non identifiées », dépositaires de l’autorité publique (vous avez bien lu : des CRS dont certains non identifiés) dans l’exercice de leurs fonctions.

David risque 3 ans de prison et 45 000 euros d’amende ! Sa condamnation entraînerait l’interdiction d’exercer une activité professionnelle impliquant un contact habituel avec des mineurs. La réalité est sans commune mesure avec ces accusations et la gravité des peines encourues.

Début 2005, les lycéens se mobilisent contre la Loi Fillon (bourse au mérite, socle commun…). Le mouvement culmine début mars, avec des manifestations considérables partout en France, annonciatrices du mouvement anti-CPE de 2006.

L’urgence pour le gouvernement est non d’ouvrir des négociations mais d’enrayer la montée en puissance de ce mouvement. Le 8 mars, les forces de l’ordre présentes le long de ces cortèges laissent passer devant eux sans broncher les bandes organisées de délinquants, qui ont pu ensuite s’en prendre violemment aux lycéens, vols de portables et agressions physiques décourageant les très jeunes manifestants (et leurs parents !) encore plus sûrement que l’autisme de Fillon. Violences et confusion marquent dès lors les manifestations suivantes, avec une présence policière renforcée : les coups de matraque pleuvent à l’aveugle, ainsi que les arrestations… de manifestants plutôt que de casseurs.

Face au danger encouru, SUD éducation a appelé les enseignants à soutenir les lycéens en lutte et à être présents en première ligne des cortèges, dans le but d’assurer une présence adulte protectrice. David, comme d’autres militants de notre syndicat, s’est interposé chaque fois qu’il l’a pu. Avec le temps et le refus obstiné d’entendre la coordination lycéenne, les modes d’action ont évolué, les occupations de lycées ou d’inspections académiques se multiplient.

A Paris, le 20 avril, l’occupation d’une annexe quasi désaffectée du ministère est organisée. Les forces de l’ordre tentent de déloger les deux cent manifestants, s’introduisant sans ménagement dans l’immeuble. Les lycéens se réfugient sur le toit du bâtiment, David les suit pour tenter d’éviter l’accident. Il est le seul enseignant ayant réussi à être informé à temps de cette action, sa présence répond à une consigne de notre organisation syndicale. A aucun moment David n’a
ébauché le moindre geste violent contre un quelconque représentant des forces de l’ordre.
Il a été arrêté avec cent soixante-dix des occupants, il risque d’être condamné pour l’exemple. Treize personnes, dont huit mineures, ont été poursuivies et vont comparaître, après deux ans d’instruction, devant le TGI de Paris, le 22 novembre pour les mineurs, et le 10 décembre pour les majeurs. Les peines encourues par certains pour violences et dégradation de biens publics et privés, au préjudice du Ministère de l’Éducation nationale et du gardien de l’immeuble, sont très lourdes, jusqu’à sept ans d’emprisonnement et 100 000 euros d’amendes, plus les dommages et intérêts.

Nous affirmons ici que les criminels ne sont pas les manifestants, mais ceux qui déconstruisent méthodiquement les droits sociaux, expulsent sans pitié les sans-papiers et trainent devant les tribunaux ceux qui se mêlent de RÉSISTER ! Nous appelons à soutenir David et ses co-accusés, en signant la pétition en ligne sur le site http://www.sudeducation.org et en préparant des actions de soutien les jours des procès, le 22 novembre et le 10 décembre.



Documents joints

Tract de soutien à David

Commentaires

Agenda

<<

2018

 

<<

Novembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Le 12 novembre 2018 : toutes et tous engagé-e-s pour une école de qualité en Guyane !

mercredi 7 novembre

Toutes et tous en grève le 12 novembre 2018 !

SGEN-CFDT
SNETAA-FO
SUD éducation
UNSA éducation
FSU

A Cayenne, 8h00 devant le rectorat de Guyane
A Saint Laurent du Maroni, 8h00 devant l’inspection académique

GREVE INTEPROFESSIONNELLE - GUYANE - 9 OCTOBRE

lundi 24 septembre

A l’appel de :
FSU
SNETAA-FO
SUD éducation

Rassemblement :
Cayenne 9h00 Préfecture
Kourou 9h00 Mairie
Saint-Laurent 9h00 Sous-préfecture

LYCEE PRO - GUYANE - GREVE et RASSEMBLEMENT LE 27 SEPTEMBRE

mercredi 19 septembre

Appel à la grève en Guyane et à un rassemblement devant la Préfecture à 9h00

SNUEP-FSU
SNEP-FSU
SUD éducation Guyane
STEG-UTG

- Derrière la communication, une nouvelle attaque contre le LP

Notre détermination est douce mais inébranlable

vendredi 8 juin

DEUX RDV CONTRE LA MONTAGNE D’OR :
CAYENNE - SAMEDI 16 JUIN – RDV PLACE DES PALMISTES – 16H00
SAINT-LAURENT - LUNDI 18 JUIN – RDV ROND-POINT DU STADE - 14H00

Halte à la gouvernance imbécile de la Guyane Contre la hiérarchie, pas de hiérarchie !

vendredi 18 mai

SUD éducation Guyane, à l’instar de son attachement et de la promotion des pédagogies alternatives, défend les principes de gouvernance alternative décidée collectivement par les usagers de l’éducation nationale.
SUD éducation Guyane attaché à ces principes anti-hiérarchiques ne souhaite [...] aucun recteur quel qu’il soit.
SUD éducation Guyane appelle tous les usagers de l’éducation nationale en Guyane à se réunir en assemblée générale et à convoquer des états généraux de la gouvernance de l’académie pour jeter les nouvelles bases de gestion et de gouvernance de notre académie, émancipée d’une hiérarchie inutile et incompétente.