La Guyane en cruel manque de masques

SUD Santé Sociaux Guyane - Solidaires Guyane
samedi 25 avril 2020
par  Sud Éducation Guyane

Depuis plusieurs semaines, les masques de protection manquent en Guyane.
Ils manquent aux agent·e·s de l’état et des collectivités pour assurer les services vitaux pour la population.
Ils manquent aux soignant·e·s qui prennent en charge les malades et connaissent un risque de contamination accru.
Ils manquent aux autres travailleurs et travailleuses actif·ve·s pendant cette période de confinement dont les entreprises n’ont pas voulu permettre l’arrêt de l’activité ou le télétravail.
Ils manquent au reste de la population qui doit nécessairement sortir au moins pour se procurer à manger.
Et ils manqueront encore davantage le 11 mai lorsque le confinement s’allégera et que le nombre de personnes exposées augmentera.

Dans certains services du Centre Hospitalier André Rosemon comme celui particulièrement critique de réanimation, les infirmier·e·s n’ont plus droits qu’à 3 ou 4 masques par garde de 12h contre une dizaine en temps normal. Dans les autres services comme les centres de santé, les stocks sont trop faibles pour faire face à une vague épidémique alors même que les liaisons aériennes sont perturbées et que les centres seront plus difficilement approvisionnables qu’en temps normal. C’est donc en période d’épidémie que les agent·e·s hospitalier·e·s sont les moins protégé·e·s ! Et cela sans parler des gels hydroalcooliques, surblouses et autres matériels de protection qui font cruellement défaut en cette période difficile.

Au niveau national, les politiques de santé des différents précédents gouvernements et leurs objectifs systématiques de réduction des dépenses ont conduit à de massives fermetures de lits en métropole ou en Guyane à de trop faibles créations de place qui vu la croissance de la population, nous fragilise vis-à-vis de l’épidémie actuelle. C’est sans doute cette même recherche permanente d’économies qui a empêché le stockage de matériel de protection et qui détériore les conditions de travail et la qualité de prise en charge des patient·e·s dans de nombreux services hospitaliers. Une fois cette crise sanitaire derrière nous, il faudra dépasser cette logique de toujours moins qui prévalait jusqu’à présent et il faudra le faire dans la transparence et l’honnêteté, loin des mensonges du gouvernement qui pour cacher la pénurie de masques a même essayer de nous faire croire qu’ils n’étaient pas nécessaires et utiles en dehors des soignants.

Comment croire que la Guyane pourra alléger le confinement le 11 mai prochain sans mettre en danger la population alors que pour l’instant même les soignant·e·s ne sont pas suffisamment protégé·e·s ?
Comment croire que la Guyane pourra alléger le confinement le 11 mai prochain quand en Guyane, certains modes de vie et la pauvreté rendent le confinement d’une partie de la population impossible et que l’état s’est avéré incapable de les protéger avec des masques et des gels hydroalcooliques ?
La directrice de l’Agence Régionale de Santé affirme que des stocks sont disponibles mais pourquoi alors ne pas les distribuer aujourd’hui alors que les soignant·e·s et la population ne sont pas suffisamment approvisionnés ?

- Le syndicat Sud Santé Sociaux Guyane et l’Union Interprofessionnelle Solidaire Guyane réclament plus de transparence sur les stocks de l’ARS et des établissements hospitaliers, les commandes faites, les livraisons et les productions locales : de masques, de gels hydroalcooliques, de matériels nécessaires pour intuber des malades, de traitements adaptés ou éventuellement adaptés pour traiter les patients au stade aigue ou précoce de la maladie, de tests moléculaires ou sérologiques et sur les appareils nécessaires pour effectuer ces tests !

- Le syndicat Sud Santé Sociaux Guyane et l’Union Interprofessionnelle Solidaires Guyane réclament que les soignant.e.s et les travailleurs et travailleuses des services essentiels soient tous équipé.e.s de suffisamment de matériels de protection pour protéger leur santé selon les connaissances scientifiques actuelles, ce qui implique de porter un masque en cas de contact même brefs avec d’autres personnes.

- Le syndicat Sud Santé Sociaux Guyane et l’Union Interprofessionnelle Solidaires de Guyane réclament la fermeture des administrations et entreprises qui ne sont pas essentielles et qui ne sont pas capables de protéger adéquatement leurs agent.e.s, leurs salarié.e.s ou leurs publics.

Cayenne,
le 23 avril 2020


Commentaires

Agenda

<<

2020

 

<<

Septembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
282930    
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Solidaires Fonction publique

mardi 28 juillet

- Compte rendu du Csfpe du 16 juillet 2020 : destruction des Chsct & remise en cause des cap
(tract)

- Rendez-vous salarial du 24 juillet 2020 : pipeau, clarinette et flûte à bec
(tract)

MARDI 21 JUILLET 2020 : MOBILISATION DE LA GUYANE

mardi 21 juillet

RENDEZ-VOUS
8H00
PLACE VICTOR HUGO
EX STATUE VICTOR SCHOELCHER

La vie des Noir-es compte, comme celle des racisé-es en général, aux Etats-Unis, en France, partout

mercredi 3 juin

Le racisme, systémique, d’Etat, qu’on l’appelle comme on veut, est un fait dans les sociétés occidentales, il faut être désormais aveugle pour l’ignorer. Pendant ce temps, son poison continue à se répandre et à tuer !

Justice pour George Floyd, pour Adama, justice pour toutes les victimes des violences policières et du racisme !

Sur le Web : Black lives matter !

Solidarité Kanaky - Bulletin 6 et 7 + autocollants

mercredi 3 juin

Organisations membres du Collectif Solidarité Kanaky

MJKF (Mouvement des Jeunes Kanak en France), USTKE (Union Syndicale des Travailleurs Kanak et des Exploités (en France), Union syndicale Solidaires, CNT (Confédération Nationale du Travail), Sindicatu di i Travagliadori Corsi, Ensemble !, NPA (Nouveau parti anticaptialiste), PIR (Parti des indigènes de la République), PCOF (Parti communiste des Ouvriers de France), Union communiste libertaire, Ni guerre ni État de Guerre, Association Survie, FASTI (Fédération des Associations de Solidarité avec Tou-te-s les Immigré-e-s), FUIQP (Front Uni des Immigrations et des Quartiers populaires.

Sur le Web : Solidarité Kanaky