Ce n’est pas aux travailleuses et aux travailleurs de payer la crise : non à la régression sociale !

UTG - Solidaires
lundi 20 avril 2020
par  Sud Éducation Guyane

Depuis le 25 mars 2020, au travers d’ordonnances, le gouvernement a adopté un certain nombre de nouvelles dispositions concernant les travailleuses-travailleurs du privé comme du public. Pour l’Union des Travailleurs Guyanais et l’Union Syndicale Solidaires, elles sont inacceptables, antisociales et injustes.

Avec ces ordonnances, les travailleuses-travailleurs du public comme du privé peuvent se voir imposer une semaine de congés annuels et 10 jours de RTT. Dans certains secteurs (énergie, logistique, transport, télécommunication, agriculture et agroalimentaire), le temps de travail hebdomadaire maximum p asse de 48h à 60h, le temps de travail quotidien maximum passe de jour comme de nuit à 12h (contre 10h et 8h actuellement), le temps de repos minimum quotidien est abaissé à 9h (contre 11h actuellement) et le repos dominical est aboli ! L’ensemble de ces décisions sont insupportables et iniques. Nous assistons à une véritable régression sociale digne du XIXème siècle ! À ce rythme, nous pouvons nous demander si les prochaines ordonnances ne vont pas tous simplement rétablir l’esclavage !

Nos organisations syndicales condamnent avec la plus grande fermeté ces mesures régressives.

Pour faire passer la pilule, le gouvernement Macron annonce que des primes vont être versées pour reconnaitre l’engagement des salarié-e-s. Dans le privé, ce sera au bon vouloir du patron, et dans le public elles seront plafonnées selon les cas à 500, 1000 ou 1500 euros. Ce dispositif appelle plusieurs objections car, s’il ne s’agit évidemment pas de prétendre que ces sommes sont négligeables ou à rejeter, nous tenons à rappeler que, pour nous, la priorité absolue reste la santé des travailleuses-travailleurs et celle de leurs proches. Or, encore aujourd’hui, bien des travailleuses-travailleurs en Guyane exercent toujours sans les moyens de protection indispensables. Des primes, même majorées, n’empêchent pas de tomber malade. De plus, elles ne compenseront jamais une augmentation des salaires et du niveau de vie de toutes et tous.

Ensuite, de très nombreuses travailleuses et nombreux travailleurs – vraisemblablement une majorité – seront exclu-e-s de ce dispositif. Pour celles et ceux qui la percevront, des taux différents seront pratiqués selon des critères contestables et sujets à interprétations variables et aléatoires.

Nos organisations syndicales refusent que ce gouvernement achète une « paix sociale » voire une « union sacrée » par une générosité de circonstance.

Enfin, nous tenons de nouveau à souligner que ni les salarié-e-s du public ni celles et ceux du privé ne doivent être les victimes de cette crise sanitaire, crise aggravée par des années de politiques d’austérité et de démantèlement des services publics. De plus, en Guyane, plus encore qu’en France, le travail dans des conditions difficiles se fait ressentir : chaleur, sous aménagement du territoire, sous équipement de sécurité, etc. En conséquence, il faut plus que jamais une mise en sécurité des travailleuses-travailleurs ainsi qu’une revalorisation salariale, lorsque le travail est absolument nécessaire au sauvetage de la population.

C’est pourquoi, les organisations syndicales UTG et Solidaires continueront leur combat pour une juste reconnaissance de l’engagement des travailleuses-travailleurs, le renforcement des services publics et de leurs moyens et de toutes les mesures indispensables pour que « le jour d’après » ne permette plus les graves errements d’hier et d’aujourd’hui en Guyane.

Cayenne,
le 20 avril 2020


Commentaires

Agenda

<<

2020

 

<<

Décembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031   
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Avortement : Un combat de femmes toujours d’actualité !

jeudi 19 novembre

Union syndicale SOLIDAIRES

Congrès extraordinaire Solidaires d’octobre 2020 - Motions adoptées par le congrès

samedi 7 novembre

Au miroir de la crise sanitaire // En défense des emplois, contrôlons les aides publiques // Répression anti syndicale, un outil patronal pour casser toute contestation // Appel à la mobilisation contre les violences sexistes et sexuelles faites aux femmes ! // Nous refusons la précarité étudiante ! // Le 15 octobre 2020, journée de grève contre la casse du système de Santé ! // Soutien à Aline, déléguée SUD Route menacée de licenciement pour avoir dénoncé des violences sexuelles et sexistes à H&M GBC Logistics // Soutien aux intermitent.es du spectacle, salarié.es et sociétaires des coopératives d’activités mutualisées Smart // Soutien aux grévistes d’IBIS // Soutien aux salarié-es en lutte de BIOCOOP

Sur le Web : Les 10 motions

Face à l’obscurantisme, faisons grandir une société unie et fraternelle

lundi 2 novembre

Le terrible assassinat de notre collègue a bouleversé l’ensemble de la profession et bien au-delà. SUD éducation appelle à se joindre aux rassemblements organisés en hommage à Samuel Paty. Vous trouverez ci-dessous plusieurs expressions.

Sur le Web : Expressions

En Guyane : deuil, recueillement et solidarité

dimanche 18 octobre

LUNDI 19 OCTOBRE - 18H00

PREFECTURE DE CAYENNE
SOUS-PREFECTURE DE SAINT-LAURENT
MAIRIE DE KOUROU

Solidaires Fonction publique

mardi 28 juillet

- Compte rendu du Csfpe du 16 juillet 2020 : destruction des Chsct & remise en cause des cap
(tract)

- Rendez-vous salarial du 24 juillet 2020 : pipeau, clarinette et flûte à bec
(tract)