Coronavirus : SUD éducation dénonce des consignes ministérielles floues et ambiguës

Fédération des syndicats SUD éducation
vendredi 28 février 2020
par  Sud Éducation Guyane

Une nouvelle fois, le ministère n’assume pas ses responsabilités en matière de protection des personnels, renvoyant aux responsabilités individuelles ou locales.

C’est ainsi que sur la page de son site, qui est la seule information officielle délivrée aux personnels, aucune consigne claire n’est donnée pour les personnels qui reviendraient des zones où le risque d’exposition au virus est plus élevé.
Le ministre entretient l’ambiguïté jusqu’au ridicule : le ministère demande de “privilégier le télétravail et éviter les contacts proches (réunions, ascenseurs, cantine…)”.

Blanquer demande ainsi aux personnels enseignants de continuer de se rendre au travail, mais sans se réunir, ni accéder à la cantine. Il semble pourtant évident que s’il faut éviter les réunions, il est alors indispensable de ne pas être en contact avec les élèves.

Cette absence de consigne claire se conjugue avec les messages inutilement anxiogènes et contradictoires que les personnels reçoivent dans diverses académies de la part des autorités académiques, des chef-fe-s d’établissement ou des Dasen. Qui plus est, le démantèlement de la médecine scolaire, l’absence criante de médecins et d’infirmier-ère-s n’est pas de nature à rassurer quant au dépistage des symptômes et à la mise en œuvre de mesures de prévention.

Blanquer se dit prêt dans les médias à “déclencher de l’enseignement à distance massif”, mais il est évident qu’il s’agit d’une annonce dépourvue de toute portée d’un ministre qui souhaite une nouvelle fois apparaître comme le bon élève du gouvernement.

SUD éducation rappelle aussi, ce que le ministre semble oublier, que les personnels ont des droits lorsqu’ils sont contraints de rester à leur domicile.

Le décret 2020-73 du 31 janvier 2020 prévoit que les salarié-e-s qui seraient dans l’impossibilité de travailler en raison d’une consigne donnée par les autorités sanitaires ou l’administration se voient verser des indemnités journalières par la sécurité sociale sans jour de carence. Alors que cette mesure s’applique à tous les personnels de l’Éducation nationale, le ministre s’est bien gardé de communiquer sur cette mesure, et de donner des instructions claires en ce sens.

SUD éducation exige :
— que le ministre donne des instructions claires pour protéger les personnels et les élèves ;
— diffuse une information claire à même de rassurer les personnels ;
— garantisse la prise en charge sans jour de carence en cas d’impossibilité de travailler.


Commentaires

Agenda

<<

2021

 

<<

Mai

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31      
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Elections TPE/TPA : votons Solidaires

lundi 22 mars

Du 22 mars au 6 avril auront lieu les élections TPE/TPA. Nous connaissons toutes et tous des salarié-e-s qui travaillent dans une association ou une entreprise de moins de 11 salarié-e-s ou qui sont salarié-e-s de particuliers. Du 22 mars au 6 avril, faisons voter pour les listes Solidaires.

Sur le Web : Article en ligne

Non à la loi liberticide « sécurité globale »

mercredi 16 décembre 2020

Dans une lettre ouverte à Emmanuel Macron, un collectif d’organisations syndicales (notamment SUD-Solidaires) et de journalistes demande le retrait des articles 21, 22 et 24 au nom du respect des libertés fondamentales.

Numéro Vert d’appui syndical de Solidaires !

lundi 30 novembre 2020

Le Numéro Vert d’appui syndical de Solidaires qui avait été lancé lors du premier confinement est remis en fonctionnement à partir du 30 novembre.

Il doit permettre d’aider les salarié-es, les chômeurs/ses, les étudiant-es à faire valoir leurs droits dans une période difficile et d’attaques contre les droits de tous-tes.

Le Numéro Vert 0 805 37 21 34 fonctionne désormais du lundi au vendredi entre 11h et 14h (Hexagone)

Face au Covid et au gouvernement

samedi 7 novembre 2020

Le covid se répand à nouveau d’une façon exponentielle. La crise sanitaire est grave. La première des priorités doit être la lutte pour limiter la contagion. Il faut également lutter contre la crise économique, sociale et écologique ! Il y a des mesures immédiates à prendre.

Sur le Web : Voir la vidéo