Situation dramatique du logement en Guyane

Collectif migrants Outre-Mer, Médecins du monde, Ligue des droits de l’Homme-section de Cayenne, la Cimade, Collectif Haïti de France, Gisti, Entraides, Viva, RESF, Fédération SUD éducation, Fédération droit au logement- Guyane, Association des parents d’élèves de St Georges
lundi 9 décembre 2019
par  Sud Éducation Guyane

Cayenne, le 25 novembre 2019
Madame la Ministre,

A l’heure où vous vous apprêtez à venir en Guyane, nous tenons à vous interpeller sur la situation dramatique et intolérable qui s’y déroule. Dans quelques jours, le 2 décembre, ce sont plus de 200 familles qui seront expulsées de leur logement et qui verront leurs habitations détruites au quartier « Mahury-Manguiers » à Rémire-Montjoly. Alors qu’aucune enquête sociale n’a été mise en œuvre pour les accompagner vers une solution de relogement, le Préfet de Guyane a accordé le concours de la force publique pour procéder à cette évacuation. Ces femmes, hommes et enfants attendent dans l’angoisse une proposition de relogement. Un nombre considérable d’entre eux ont fait une demande de logement social, restée vaine jusqu’à ce jour. Certaines personnes sont de plus en situation de handicap, âgées ou malades.

Le 24 septembre dernier, c’était environ 700 personnes qui étaient évacuées du quartier « Leblond-La Mâtine » à Cayenne, sur arrêté préfectoral. Malgré les dispositions prévues par la loi, les solutions proposées par la préfecture de Guyane et la mairie de Cayenne n’ont mené au relogement que d’une dizaine de familles (et encore, seulement de manière provisoire), laissant à la rue la majorité de ces femmes, hommes et enfants.

Comme vous le savez, la Guyane fait face depuis des années à une crise majeure du logement. Sa population s’accroît d’environ 2,5% par an depuis 10 ans, tout en ayant un niveau de vie très faible pour une grande partie d’entre elle. Aussi, 40% des nouvelles habitations construites en Guyane sont réalisées sans autorisation d’urbanisme. La saturation du parc social ne peut pas permettre le relogement des personnes qui pourraient y prétendre. L’attente d’un logement après l’expulsion peut prendre plusieurs mois voire années et les places en hébergement d’urgence sont bien en deçà des besoins actuels et générés par de telles opérations.

Nous savons que d’autres opérations de destruction de quartiers sont prévues dans les mois qui viennent. La problématique de l’habitat informel et indigne en Guyane ne peut être traitée par cette politique d’expulsions ou d’évacuations non accompagnées de solutions dignes et pérennes de relogement pour les personnes concernées. Loin de résoudre le problème, cette action publique l’aggrave, en menant à la sur-précarisation de populations déjà vulnérables et en multipliant les lieux de vie indignes. Elle génère des ruptures parfois irrémédiables dans le parcours des personnes, que ce soit la déscolarisation des enfants, ou les interruptions de suivi pour des personnes atteintes de maladies chroniques ou en situation de handicap.

Madame la ministre, des milliers de personnes sont concernées, victimes de cette politique ignorant les droits humains les plus fondamentaux. Il est urgent et de votre responsabilité de rétablir leur garantie.

C’est pourquoi nous vous appelons à vous enquérir de l’agenda préfectoral sur cette question, et de vous assurer que les moyens et les partenaires mobilisés garantissent la mise en œuvre d’un réel diagnostic social permettant l’accompagnement des habitant.e.s de ces quartiers.

D’autre part, il nous parait nécessaire que vous organisiez une concertation interministérielle avec vos homologues en charge du logement, de la santé, de la justice et de l’éducation afin de mieux déterminer les conditions d’application de l’article 197 de la loi Elan dans les Outre-Mer.

Signataires : Collectif migrants Outre-Mer, Médecins du monde, Ligue des droits de l’Homme-section de Cayenne, la Cimade, Collectif Haïti de France, Gisti, Entraides, Viva, RESF, Fédération SUD éducation, Fédération droit au logement- Guyane, Association des parents d’élèves de St Georges


Commentaires

Agenda

<<

2021

 

<<

Mars

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031    
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Expressions Solidaires n° 99 (février 2021)

mercredi 24 février

- Edito : Après l’hiver du couvre-feu, le printemps de la colère !
- Dossier central : Les élection TPE / TPA / Salarié.e.s de particuliers employeurs - On a des droits
- Double page affichage : Premières de corvée, 8 mars en grève
- Pour la vie. les zapatistes visiteront les 5 continents
- Infos Solidaires

Sur le Web : En téléchargement

Expressions Solidaires n° 99 (février 2021)

mercredi 24 février

- Edito : Après l’hiver du couvre-feu, le printemps de la colère !
- Dossier central : Les élection TPE / TPA / Salarié.e.s de particuliers employeurs - On a des droits
- Double page affichage : Premières de corvée, 8 mars en grève
- Pour la vie. les zapatistes visiteront les 5 continents
- Infos Solidaires

Avortement : Un combat de femmes toujours d’actualité !

jeudi 19 novembre 2020

Union syndicale SOLIDAIRES

Congrès extraordinaire Solidaires d’octobre 2020 - Motions adoptées par le congrès

samedi 7 novembre 2020

Au miroir de la crise sanitaire // En défense des emplois, contrôlons les aides publiques // Répression anti syndicale, un outil patronal pour casser toute contestation // Appel à la mobilisation contre les violences sexistes et sexuelles faites aux femmes ! // Nous refusons la précarité étudiante ! // Le 15 octobre 2020, journée de grève contre la casse du système de Santé ! // Soutien à Aline, déléguée SUD Route menacée de licenciement pour avoir dénoncé des violences sexuelles et sexistes à H&M GBC Logistics // Soutien aux intermitent.es du spectacle, salarié.es et sociétaires des coopératives d’activités mutualisées Smart // Soutien aux grévistes d’IBIS // Soutien aux salarié-es en lutte de BIOCOOP

Sur le Web : Les 10 motions