Sans-papiers

Il était une fois en Guyane ou l’histoire de Pedro et de sa famille

mardi 15 mai 2007
par  Sud Éducation Guyane

Pour ceux qui n’auraient pas suivi « l’Affaire », voici un résumé des épisodes précédents.

Il était une fois Pedro,

un Brésilien, arrivé en Guyane il y a 12 ans, sa femme et ses quatre enfants venus le rejoindre en 2001 et le petit dernier, né en 2002. Depuis 6 ans, aucun membre de la famille n’avait quitté le département. Tous les enfants fréquentaient assidûment les établissements de Sinnamary et affichaient de bons résultats scolaires. Cette famille habitait au centre du bourg et Pedro travaillait dur. La moitié des habitants l’avaient sans doute engagé un jour ou l’autre. Pedro imaginait bien son avenir en Guyane avec sa famille. Il possédait un titre de concession agricole attribué par la mairie de Sinnamary, des avis d’imposition depuis 2001, des factures d’EDF, de la SGDE. De plus, ses deux parents vivaient à Sinnamary et possédaient un titre de séjour en règle.
Il était une fois, donc, Pedro et sa famille qui existaient officiellement pour la mairie, la Poste, l’EDF, la SGDE, l’Éducation Nationale, le Trésors Public et pour plus de 2000 personnes à Sinnamary.

Pour obtenir sa régularisation.

Pedro devait aller dans la grande ville de Cayenne. Cela lui faisait un peu peur car c’est là où habitait le seigneur de Guyane, le préfet. Mais, Pedro avait confiance, il avait des arguments et puis il savait que les préfets respectent la loi et que la préfecture représente la République et donc la liberté, l’égalité et la fraternité.
Le premier accueil fut un peu décevant, la dame employée du seigneur lui demanda de revenir avec plus de preuves quelques mois plus tard. Décidément, c’était pas gagné. Pendant ce temps là, loin de Sinnamary et loin de Cayenne, le suzerain du préfet, le seigneur Sarkozy, avait édicté de nouveaux ordres. Désormais, il n’y aurait plus de loi, désormais, chaque préfet déciderait qui pouvait et qui ne pouvait pas être régularisé, comme ça, selon son bon vouloir. C’est vrai, quoi : à quoi ça sert d’être préfet si on ne peut pas faire ce qu’on veut ?
Pédro revint avec ses preuves sous le bras comme on lui avait dit. Mais ce n’était pas la même dame. Elle lui dit qu’elle ne prendrait pas son dossier, et toc, elle remplit une fiche à moitié, lui fit signer et lui dit qu’elle le rappellerait et hop, au suivant, non mais alors…
Pedro retourna à Sinnamary, pas très sûr de la valeur des mots égalité et fraternité. Il attendit plusieurs mois. Peut être que la dame avait perdu son numéro de téléphone. Heureusement, elle n’avait pas perdu son adresse et il reçut une Invitation à Quitter le Territoire, puis un Arrêté Préfectoral de Reconduite à la Frontière. En clair, les gendarmes allaient venir le chercher pour le renvoyer au Brésil, loin de sa famille et de ses cinq enfants.

Cette histoire n’est malheureusement pas un fabliau médiéval. C’est ce qui se passe aujourd’hui en Guyane. Pedro est donc venu au collège de Sinnamary en novembre dernier, ne sachant pas trop quoi faire. Avec son accord et celui de sa famille, nous avons décidé de médiatiser l’affaire. Soutenus par le réseau Éducation Sans Frontière, nous avons rédigé une pétition qui a tourné dans les établissements scolaires, sur Internet et sur les marchés de Saint Laurent, Cayenne et évidemment Sinnamary où la quasi totalité des personnes présentes ont accepté de signer. La presse a bien relayé l’histoire et la préfecture a fini par accepter de nous recevoir le 8 février dernier.
Là, nous nous sommes aperçus que de nombreux document manquaient au dossier de régularisation et que la dame n’avait pas seulement expédié Pedro, elle avait continué à remplir sa fiche après son départ en faisant une toute petite erreur : au lieu d’indiquer que ses deux parents sont régularisés et vivent à Sinnamary, elle avait marqué que le père était décédé et que la mère vivait au Brésil. Mais, l’erreur est humaine…..

Confrontés à un dossier incomplet,

comprenant de plus un faux document, il nous a été facile de démontrer la présence continue de Pedro et de sa famille, des attaches fortes sur le territoire et des preuves tangibles de sa bonne intégration dans le bourg. Il nous a donc été promis que le dossier complété serait réexaminé par le Préfet. Or, nous sommes dans la troisième semaine de mars, et, nous n’avons toujours pas de réponse. Peut être la proximité des élections et le départ prochain du Secrétaire Général de la Préfecture laissent-ils penser à nos éminents représentants qu’il est urgent de ne rien faire. En attendant, à Sinnamary, cinq enfants entre 5 et 14 ans s’endorment chaque nuit en attendant de savoir si les gendarmes vont venir demain. Nous, nous ne les oublions pas.


Commentaires

Agenda

<<

2018

 

<<

Mai

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031   
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Coup de gueule… bis

dimanche 14 septembre 2014

Au collège, on accueille de plus en plus d’élèves hétérogènes : non lecteurs, lecteurs débutants, déchiffreurs, en difficultés personnelles, sociales, primo arrivants, etc. Le collège doit donc devenir un lieu où tous ces élèves ont leur place mais aussi le lieu de toutes les expérimentations. Génial !
On va pouvoir enfin inventer, créer, innover. Oui, mais... Quels outils, quel matériel, quelle formation pour le professeur qui veut s’investir dans les projets ? Il va falloir tâtonner, trier la masse d’informations sur internet, faire des proformas, écouter le discours des uns, des autres, trouver une salle, demander une armoire, des livres, un ordinateur ? J’en passe ! Monter des projets, c’est bien joli, mais quel parcours du combattant ! Tout ceci est-il bien logique à l’heure où on supprime les enseignants spécialisés ? Est-ce au professeur lambda de remplacer ces spécialistes ? Comme d’habitude, on marche sur la tête !

Coup de gueule

dimanche 14 septembre 2014

80% d’une classe d’âge au bac ! C’était une révolution. L’égalité des chances... etc. Oui, on y arrive.
On trafique les notes, on fait passer les élèves au bénéfice de l’âge, on les maintient dans le système sans leur donner les moyens de réussir.... j’en passe ! On arrive maintenant à avoir des élèves qui vont au bac en sachant tout juste lire. Oui, tout le monde peut avoir son bac, un bac bradé pour faire du chiffre !
De quel intérêt parle-t-on alors ? Celui de l’élève ou celui de la sacro-sainte statistique d’une société dans laquelle seul le rendement compte ?

Enquête par questionnaire

jeudi 13 décembre 2012

Dès janvier SUD Éducation Guyane lancera une enquête par questionnaire sur les conditions matérielles de travail dans les écoles de Guyane.

L’objectif est pour nous de recueillir des données chiffrées histoire de dresser une liste assez exhaustive de problèmes rencontrés au niveau de nos extraordinaires conditions de travail...

Pour mener à bien cette enquête nous avons reçu un coup de main des camarades du département de sociologie de l’université Brest.

Double vacation

jeudi 13 décembre 2012

Le recteur est revenu sur sa position : il n’y aura pas d’expérimentation de la double vacation en Guyane. Reste que des enfants sont toujours non scolarisés et les constructions scolaires manquent cruellement.

La fédération SUD Éducation va intervenir auprès du ministère pour réaffirmer la nécessité d’un plan d’urgence pour l’éducation en Guyane.

Inspection : et si on arrêtait les bidouillages ?

jeudi 13 décembre 2012

SUD Éducation vient d’écrire au recteur pour lui demander de rappeler à ses Inspecteurs qu’ils ne peuvent pas faire n’importe quoi en matière d’inspection.

Les inspections surprises ne sont pas réglementaires. Les rapports d’inspection doivent être adressés aux intéressés dans un délai d’un mois et la note pédagogique doit être communiquée dans le trimestre qui suit l’inspection.