ILM ou l’exploitation version rectorat

vendredi 14 octobre 2016
par  Sud Éducation Guyane

Cette rentrée scolaire est une nouvelle fois marquée par les déficits et manquements graves. En effet au début du mois de septembre, il manquait à l’appel 4 Intervenants en Langue Maternelle (ILM) sur les 40 que devrait compter l’académie (tout juste plus de 30 aujourd’hui sont en poste). Ce dispositif existe pourtant depuis 1998. Jusqu’en 2007, les ILM étaient désignés par l’acronyme MBC (médiateurs bilingues et culturels). Ces collègues travaillent en intervention auprès des écoles primaires et notamment des maternelles en vue « d’aider les élèves à s’approprier l’école, de leur donner la possibilité de développer la maîtrise de leur langue maternelle et de valoriser leur culture afin de faciliter le développement de l’estime de soi et l’acquisition du français »1. Ce dispositif est unique en France et n’existe qu’en Guyane. La mise en place de ce dispositif fait suite à de nombreuses interpellations et mobilisations des équipes éducatives, des parents et à la mobilisation de la société guyanaise pour la création du rectorat de Guyane.
Oui mais voilà, aujourd’hui, 4 de nos collègues ILM n’ont pas été renouvelés sans aucune explication après plus de 6 ans d’exercice , parmi eux certains travaillant depuis le début de la mise en place de ce dispositif… Virés après une période d’essai de plus de 6 ans en somme ! La loi en matière de droit du travail précise pourtant que ces derniers auraient dû être automatiquement après 6 ans de Contrat à Durée Déterminée (CDD) basculés sur un CDI (Contrat à Durée Indéterminé) plus protecteur et plus stable. Mais le rectorat, malgré de multiples interpellations, n’a pas hésité à bafouer leurs droits en les renouvelant par des CDD d’un an depuis plus de 6 ans !
Le rectorat de Guyane n’a ainsi rien à envier à la pire multinationale en terme de droit du travail, plongeant dans la précarité la plus extrême, des collègues guyanais volontaires et impliqués dans l’éducation de la jeunesse guyanaise ! Après n’avoir eut de cesse de répéter aux collègues ILM qu’ils coûtaient chers (Peu importe de savoir si ce dispositif est efficace, c’est le portefeuille qui parle) on ne les renouvelle pas et on les plonge ainsi dans le chômage et la précarité sans autre forme d’explication...
Celles et ceux qui n’ont pas été renouvelés, 2 ILM sur la commune d’Apatou et 2 sur la commune de Grand Santi (qui ne compte désormais plus qu’une seule ILM au lieu de 5 pour 5 écoles distantes parfois de plusieurs heures de pirogue !!!!), n’ont bien sûr pas été remplacés. Car bien évidemment les malheureux non-renouvelés ne sont pas et ne seront pas remplacés ; politiques d’économie obligent et peu importe la réussite ou le bien être de nos élèves !
C’est ainsi ce dispositif, destiné à améliorer les conditions de scolarisation de nos enfants et à mettre en valeur les richesses culturelles et linguistiques de la Guyane, que l’on saborde en mettant à la porte des collègues investis dans leur travail depuis des années et en ne dotant pas les postes laissés vacants par ces procédés de mise à la porte.
Est-ce là le signal du retour en force de l’école de Ferry le colonialiste ? Une école qui, se basant sur le principe de la République une et indivisible, impose le même programme, le même enseignement et les mêmes méthodes partout sans prendre en compte les particularités linguistiques et culturelles des territoires français. L’exception culturelle chère à la France sur le plan international semble bel et bien remise en cause sur le territoire national et notamment en Guyane.
Parce que « la diversité c’est la vie, l’uniformité c’est la mort » (Bakounine) ; le risque de ce sabordage c’est bel et bien la fin de la prise en compte de la diversité des cultures qui composent la Guyane et plus largement l’espace Français.
Il est intolérable que ce soit une nouvelle fois l’avenir de la jeunesse guyanaise, de notre jeunesse que l’on hypothèque et que l’on sacrifie pour de sacro-saint principes d’économies ! C’est pourquoi :

SUD éducation Guyane exige la réintégration immédiate des 4 collègues ILM non renouvelés ainsi que leur CDIsation.
SUD éducation Guyane exige conformément à la législation, le passage en CDI de tous les collègues ILM.
SUD éducation Guyane exige la revalorisation des salaires des collègues ILM gelés depuis des années alors même que l’État a décidé le dégel des salaires des enseignants.
SUD éducation réclame le renforcement du dispositif afin de prendre réellement en considération les besoins et les défis de la Guyane.

Contacts presse :
Thomas T.
06 94 41 46 62
sudeducguyane@laposte.net


N’hésitez pas à signer et à faire circuler la pétition pour la réintégration des collègues ILM qui n’ont pas été renouvelés, que tous les postes soient pourvus et que des moyens soient attribués pour ce dispositif.


Documents joints

Communiqué de presses ILM
Communiqué de presses ILM
Pétition ILM
Pétition ILM

Signatures :  5

Date Nom Sites Web Message
Septembre 2017 jerome jerome
Février 2017 laval daniel Assurance et prise en charge serrure
Octobre 2016 Philippe BOUBA SUD éduc 973
Octobre 2016 fuite ballon eau chaude paris 8 fuite ballon eau chaude paris 8 je suis pour
Octobre 2016 Ophélia NORTES

Agenda

<<

2018

 

<<

Février

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728    
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

KOUROU - 6/02 - mobilisation, grève et rassemblement

samedi 3 février

Personnels, parents, élèves,
tout-e-s concerné-e-s,
tout-e-s mobilisé-e-s.

Cayenne, Matoury, Saint-Laurent sont en lutte !!!
A Kourou... de décoller !!!

Rendez-vous devant la Mairie de Kourou à 9h00 le mardi 6 février 2018.

GREVE massive le 6,
GREVE reconductible à partir du 7

Personnels mobilisés de Kourou

Nous réclamons, toutes et tous ensemble, une éducation ambitieuse pour une société égalitaire, pour lutter contre la précarité, source des violences.

vendredi 2 février

Grève massive le mardi 6 février 2018 !
Grève reconductible dès le 7 février 2018 !
Signataires : des personnels de Saint Laurent, la Coordination des personnels du collège A. Contout, le SNES-FSU, le STEG-UTG, SUD EDUCATION Guyane.
le 1er février 2018

Sur le Web : Grève

Mobilisation et grève le 30 janvier à Cayenne et à Matoury

lundi 29 janvier

A Cayenne, un lycée et un collège : LP Michotte et Auxence Contour.
A Matoury, le collège Concorde-Maurice Dumesnil.

Mobilisation et grève le 30 janvier dans les collèges de Saint Laurent du Maroni

lundi 29 janvier

SUD Education Guyane appelle à la grève dans les 5 collèges de Saint Laurent.
SUD Education Guyane soutient les personnels mobilisés.
SUD Education Guyane revendique pour Saint Laurent du Maroni :

- Embauche immédiate des CUI promise dans chaque établissement.
- Création immédiate de postes d’AED dans tous les collèges et augmentation du nombre de CPE.
- Création d’urgence de deux nouveaux collèges et du lycée 4 pour une réduction rapide du nombre d’élèves par classe.
- Sécurisation des enceintes des établissements : collège Paul Jean Louis et collège Arsène Bouyer d’Angoma et des parkings fermés pour les personnels.
- Ouverture et campagne d’embauche immédiate d’éducateurs, familles d’accueil, médecins dans tous les domaines du social et de la santé.
- De réelles mesures éducatives pour s’occuper des jeunes : juge des enfants à Saint Laurent du Maroni, CER, foyers...

KOUROU - 1er degré - Réunion d’Information Syndicale (RIS) - Mercredi 31 janvier - 9h-12h

mercredi 24 janvier

Le syndicat SUD éducation Guyane organise une RIS - sur temps de travail - pour les deux circonscriptions de Kourou le mercredi 31 janvier de 9h à 12h au Pôle culturel (Médiathèque).

Se rendre à une Réunion d’Information Syndicale (RIS) est un droit, que l’on soit ou non syndiqué. 9 heures de RIS possibles par année scolaire dont 3 heures sur temps devant classe.

Au programme :
- Présentation de SUD éducation et de l’union syndicale Solidaires
- Situation du Premier degré en Guyane
- Conditions de travail : 2, 3 bases à connaître (obligation du RSST et du registre des dangers graves et imminents impliquant le droit de retrait)
- Livret Scolaire Unique Numérique
- CUI - Services civiques
- Questions diverses

Si vous souhaitez participer à la RIS de SUD éducation :
- Informez les parents le plus tôt possible que, pour des raisons professionnelles, vous serez absent cette demi-journée là ;
- Prévenez l’IEN de la participation au moins 48 heures avant la date prévue. Il ne s’agit en aucun cas de "demander l’autorisation de" mais bien "d’informer que" ;
- Envoyez un courriel à SUD éducation Guyane pour nous informer de votre présence.

[une fiche de présence sera établie sur place. Une attestation individuelle de participation vous sera remise]

Ce droit syndical que nous avons acquis constitue un moment fort permettant : d’être informé, de participer au débat, de mettre en relation les collègues entre eux dans leur diversité. Continuons à être toujours plus nombreux.

SUD éducation Guyane - KOUROU
06.94.02.07.87

Sur le Web : Pour vous inscrire