Ouest terne

Le handicap handicapé ?

jeudi 13 décembre 2012
par  Sud Éducation Guyane

Depuis la loi du 11 février 2005 sur le handicap, nous n’avons plus de raison de penser que l’Éducation Nationale n’a pas sa part dans l’accès et la prise en charge des élèves à besoin particuliers. Nouveaux noms : CLIS (Classes pour l’Inclusion Scolaire) et ULIS (Unités Localisées pour l’Inclusion Scolaire) mais le fond reste : permettre aux élèves handicapés d’être pleinement intégrés dans la communauté scolaire. Trop souvent pourtant ils se retrouvent encore noyés dans la grosse machine qu’est l’école. En Guyane des efforts ont été réalisés. De nombreuses classes ont été ouvertes dans le primaire et le secondaire mais doit-on se contenter de créer des classes sans qu’un projet global soit envisagé ?

Le constat des manques

En effet, dans la région de Saint Laurent comme ailleurs, on constate de nombreux dysfonctionnements. Plus de 200 élèves relevant de ces dispositifs n’ont pas de place. Cela signifie que, malgré leur notification de la MDPH (Maison départementale des personnes handicapées), ces élèves ne bénéficient pas de l’accompagnement spécifique nécessaire à leur réussite scolaire. En milieu ordinaire, sans aide d’intégration, ils courent à l’échec. Certains même sont déscolarisés. Dans le dispositif ULIS, contrairement aux ex UPI, le numerus clausus est supprimé. Les enseignants spécialisés devraient donc pouvoir accueillir plus d’élèves mais en roulement. Le reste du temps les élèves sont en classes « dites » normales. Dans les faits ce n’est jamais le cas. Prétexte est donc pris pour dire qu’il n’y a pas assez de places. Et comme les tests (critiquables) sont coûteux en temps, il est « recommandé » de ne les réaliser que pour les cas les plus évidents . Les Instituts Médicaux Éducatifs devraient accueillir les élèves ayant un handicap lourd : il n’y en a qu’un en Guyane et il est à Cayenne. Il est déjà saturé. Il en faudrait dans chaque grande ville. Il y a même des élèves avec des notifications de structures qui n’existent pas en Guyane. Autre chose, Les classes ne sont pas spécialisées en fonction des handicaps donc l’enseignant doit parfois faire face à des élèves aux profils variés ce qui ne facilite pas la gestion du groupe et des apprentissages. Il faudrait aussi parler de la formation de ces enseignants spécialisés. Dans la région de Saint Laurent, les titulaires dans le second degré sont une minorité, certaines ULIS n’ont pas encore d’enseignants et quelques enseignants sont parachutés en n’ayant eu aucune préparation à leur fonction. De manière plus générale, c’est l’ensemble des enseignants qui n’est pas formé à accueillir des élèves handicapés dans leur classe. L’inclusion est souvent rendue très difficile par l’inertie des habitudes des enseignants. Combien refusent encore la présence d’un AVS dans leur classe ? Combien ne se rendent jamais aux réunions de travail avec les organismes d’aide aux handicapés (ADPEP, SESSAD...). De toute façon, en amont il n’y a pas de pôle ASH (Adaptation Scolaire et Scolarisation des enfants Handicapés) digne de ce nom. Les différents acteurs liés au handicap ne se concertent pas de manière globale. Malheureusement, ce n’est que le reflet de la société et de la place accordée aux handicapés. Certains patrons préfèrent encore payer des amendes plutôt que d’embaucher des handicapés comme la loi le préconise.

Que faire ?

Alors, bien que l’ARS (Agence Régionale de la Santé) souligne qu’il y a des avancées, que le handicap est pris en compte en Guyane, nous sommes encore loin d’une prise en charge suffisante, adaptée et cohérente. En métropole, la prise en charge du handicap s’est beaucoup améliorée grâce aux pressions des familles. Ici, les familles font confiance à l’institution pour prendre en charge au mieux leurs enfants. C’est donc à l’ensemble de la communauté éducative de faire enfin bouger les choses.


Commentaires

Agenda

<<

2017

 

<<

Novembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930   
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Coup de gueule… bis

dimanche 14 septembre 2014

Au collège, on accueille de plus en plus d’élèves hétérogènes : non lecteurs, lecteurs débutants, déchiffreurs, en difficultés personnelles, sociales, primo arrivants, etc. Le collège doit donc devenir un lieu où tous ces élèves ont leur place mais aussi le lieu de toutes les expérimentations. Génial !
On va pouvoir enfin inventer, créer, innover. Oui, mais... Quels outils, quel matériel, quelle formation pour le professeur qui veut s’investir dans les projets ? Il va falloir tâtonner, trier la masse d’informations sur internet, faire des proformas, écouter le discours des uns, des autres, trouver une salle, demander une armoire, des livres, un ordinateur ? J’en passe ! Monter des projets, c’est bien joli, mais quel parcours du combattant ! Tout ceci est-il bien logique à l’heure où on supprime les enseignants spécialisés ? Est-ce au professeur lambda de remplacer ces spécialistes ? Comme d’habitude, on marche sur la tête !

Coup de gueule

dimanche 14 septembre 2014

80% d’une classe d’âge au bac ! C’était une révolution. L’égalité des chances... etc. Oui, on y arrive.
On trafique les notes, on fait passer les élèves au bénéfice de l’âge, on les maintient dans le système sans leur donner les moyens de réussir.... j’en passe ! On arrive maintenant à avoir des élèves qui vont au bac en sachant tout juste lire. Oui, tout le monde peut avoir son bac, un bac bradé pour faire du chiffre !
De quel intérêt parle-t-on alors ? Celui de l’élève ou celui de la sacro-sainte statistique d’une société dans laquelle seul le rendement compte ?

Enquête par questionnaire

jeudi 13 décembre 2012

Dès janvier SUD Éducation Guyane lancera une enquête par questionnaire sur les conditions matérielles de travail dans les écoles de Guyane.

L’objectif est pour nous de recueillir des données chiffrées histoire de dresser une liste assez exhaustive de problèmes rencontrés au niveau de nos extraordinaires conditions de travail...

Pour mener à bien cette enquête nous avons reçu un coup de main des camarades du département de sociologie de l’université Brest.

Double vacation

jeudi 13 décembre 2012

Le recteur est revenu sur sa position : il n’y aura pas d’expérimentation de la double vacation en Guyane. Reste que des enfants sont toujours non scolarisés et les constructions scolaires manquent cruellement.

La fédération SUD Éducation va intervenir auprès du ministère pour réaffirmer la nécessité d’un plan d’urgence pour l’éducation en Guyane.

Inspection : et si on arrêtait les bidouillages ?

jeudi 13 décembre 2012

SUD Éducation vient d’écrire au recteur pour lui demander de rappeler à ses Inspecteurs qu’ils ne peuvent pas faire n’importe quoi en matière d’inspection.

Les inspections surprises ne sont pas réglementaires. Les rapports d’inspection doivent être adressés aux intéressés dans un délai d’un mois et la note pédagogique doit être communiquée dans le trimestre qui suit l’inspection.