Bilan

Une nouvelle rentrée avec les moyens du bord

lundi 8 octobre 2012
par  Sud Éducation Guyane

Depuis son arrivée notre nouveau recteur n’a de cesse de répéter qu’il va faire en sorte que les enseignants restent au moins 5 ans sur l’académie. Pour en rajouter il n’hésite pas à pointer du doigt les « brebis galeuses » qui ne pensent qu’à toucher les primes pour partir ensuite… Dans un monde où l’argent est devenu la question centrale personne ne s’étonnera qu’il puisse aussi y avoir des « chasseurs de primes » [sic] dans l’éducation nationale. Mais n’est-ce pas là un superbe contre feu pour ne pas s’occuper de tous les autres. Celles et ceux, qui avec rien ou presque, essaient de faire tourner leurs classes et qui constituent la grande majorité des enseignants de Guyane.

Travailler sans outils !

Demande-t-on à un chirurgien d’opérer sans scalpel et surtout qui oserait lui demander de l’acheter lui même ? Dans la plupart des établissements et écoles de Guyane c’est pourtant le lot quotidien de nombre d’enseignants. Certes les situations ne sont pas les mêmes mais d’une commune à l’autre les enseignants ont le sentiment légitime d’être pris pour des imbéciles.

A St-Laurent

S’il y a bien un lieu où l’on est sûr de trouver des profs c’est bien au cybercafé, là où les photocopies sont les moins chères. Les classes sans manuels scolaires, ou désuets, sont majoritaires. Chaque année, les maigres commandes que l’on accorde par école arrivent en novembre et incomplètes... quand on a de la chance. Les collègues sont obligés de dépenser des centaines d’euros pour ne pas laisser leurs élèves dans des conditions lamentables.
Apprendre à lire sans livre, voilà une belle façon de voir l’éducation prioritaire…
Pour cette nouvelle année la mairie a décidé de réduire d’un tiers le nombre de photocopies attribuées à chaque école. On était à 3 photocopies par semaine et par enfant, nous voici à 2. Dans d’autres écoles, puisqu’il faut réduire d’un tiers, pas de photocopies au premier trimestre, la logique comptable est imparable !

A Kourou

Cette année est à placer dans les crus exceptionnels. Toutes les commandes, ou presque, étaient là pour la rentrée. Exception faite de tout le matériel didactique des maternelles. Les collègues qui prennent une ouverture de classe se retrouvent donc sans matos. C’est le cadeau de bienvenue.
Par contre, les directeurs ont eu le bonheur d’apprendre que le coffre fort de la caisse des écoles où certains avaient entreposé l’ordinateur de la direction a été fracturé pendant les vacances. Celles et ceux qui n’avaient pas fait de sauvegarde ont du refaire le boulot de préparation de la rentrée fait en juin. Pour la petite info la caisse des écoles est située à 50 mètre des locaux de la police municipale…
Le parc des photocopieurs vient de prendre une année de plus et cela se voit encore un peu plus. Si à Kourou les écoles sont normalement équipées d’un photocopieur il commence a y en avoir de plus en plus en panne. Les collègues de l’école du vieux bourg pourront encore côtoyer leur bonne vielle photocopieuse en panne depuis un an maintenant.

A Cayenne

A Cayenne, les écoles ont reçu un courrier de la mairie les informant le 7 septembre que les copieurs présents allaient être remplacés sous un délai de "8 semaines au moins". La raison de cela est très simple : la mairie n’ayant pas honoré ses dettes le fournisseur a décidé d’interrompre son contrat et de récupérer ses machines... Du coup, les enseignants se retrouvent, en pleine rentrée, obligés de confier leurs photocopies aux agents municipaux pour qu’ils les fassent en mairie. Pas très pratique mais bon... et puis, direz vous, les élèves peuvent toujours copier dans leurs cahiers... oui, certes si les parents leur ont bien acheté tous les articles de la liste de classe car du côté des fournitures municipales : pas de cahier ni de stylo !

A force de bosser dans ces conditions nous finissons presque par oublier que dans les écoles « normales », les parents d’élèves n’achètent rien.

C’est à notre hiérarchie de faire en sorte que les collectivités fassent leur part du boulot et mettent les moyens pour qu’enseignants et enfants puissent bosser dans des conditions convenables.


Commentaires

Agenda

<<

2017

 

<<

Septembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930 
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Coup de gueule… bis

dimanche 14 septembre 2014

Au collège, on accueille de plus en plus d’élèves hétérogènes : non lecteurs, lecteurs débutants, déchiffreurs, en difficultés personnelles, sociales, primo arrivants, etc. Le collège doit donc devenir un lieu où tous ces élèves ont leur place mais aussi le lieu de toutes les expérimentations. Génial !
On va pouvoir enfin inventer, créer, innover. Oui, mais... Quels outils, quel matériel, quelle formation pour le professeur qui veut s’investir dans les projets ? Il va falloir tâtonner, trier la masse d’informations sur internet, faire des proformas, écouter le discours des uns, des autres, trouver une salle, demander une armoire, des livres, un ordinateur ? J’en passe ! Monter des projets, c’est bien joli, mais quel parcours du combattant ! Tout ceci est-il bien logique à l’heure où on supprime les enseignants spécialisés ? Est-ce au professeur lambda de remplacer ces spécialistes ? Comme d’habitude, on marche sur la tête !

Coup de gueule

dimanche 14 septembre 2014

80% d’une classe d’âge au bac ! C’était une révolution. L’égalité des chances... etc. Oui, on y arrive.
On trafique les notes, on fait passer les élèves au bénéfice de l’âge, on les maintient dans le système sans leur donner les moyens de réussir.... j’en passe ! On arrive maintenant à avoir des élèves qui vont au bac en sachant tout juste lire. Oui, tout le monde peut avoir son bac, un bac bradé pour faire du chiffre !
De quel intérêt parle-t-on alors ? Celui de l’élève ou celui de la sacro-sainte statistique d’une société dans laquelle seul le rendement compte ?

Enquête par questionnaire

jeudi 13 décembre 2012

Dès janvier SUD Éducation Guyane lancera une enquête par questionnaire sur les conditions matérielles de travail dans les écoles de Guyane.

L’objectif est pour nous de recueillir des données chiffrées histoire de dresser une liste assez exhaustive de problèmes rencontrés au niveau de nos extraordinaires conditions de travail...

Pour mener à bien cette enquête nous avons reçu un coup de main des camarades du département de sociologie de l’université Brest.

Double vacation

jeudi 13 décembre 2012

Le recteur est revenu sur sa position : il n’y aura pas d’expérimentation de la double vacation en Guyane. Reste que des enfants sont toujours non scolarisés et les constructions scolaires manquent cruellement.

La fédération SUD Éducation va intervenir auprès du ministère pour réaffirmer la nécessité d’un plan d’urgence pour l’éducation en Guyane.

Inspection : et si on arrêtait les bidouillages ?

jeudi 13 décembre 2012

SUD Éducation vient d’écrire au recteur pour lui demander de rappeler à ses Inspecteurs qu’ils ne peuvent pas faire n’importe quoi en matière d’inspection.

Les inspections surprises ne sont pas réglementaires. Les rapports d’inspection doivent être adressés aux intéressés dans un délai d’un mois et la note pédagogique doit être communiquée dans le trimestre qui suit l’inspection.