Ça ne s’arrange pas

Edito
lundi 2 avril 2012
par  Sud Éducation Guyane

Depuis janvier 2011, nous avons subi, entre autres ... :
- La suite des suppressions de postes (même si la Guyane est légèrement épargnée cette année, ouffff !!)
- La détérioration des conditions de travail : suicides, dépressions et démissions
- La détérioration de la formation professionnelle : échec constaté mais on continue quand même !
- Le démantèlement des lycées professionnels au profit de l’alternance
- La suite du démantèlement des RASED
- La multiplication des non-remplacements
- La proposition du tri des enfants à risque dès l’école maternelle
- Des élections électroniques : une mascarade de démocratie car de nombreux personnels, dont les AE, ont été empêchés de voter !

Pour ce qu’il reste de 2012, on peut attendre :
- Au projet d’évaluation des enseignants par le seul chef d’établissement (Second degré) et par l’IEN (1er degré)
- Au projet de blocage des avancements jusqu’en 2015,
- Au projet de destruction du statut unique des enseignants : recrutement par les chefs d’établissement, salaires au mérite.
- Dernière annonce de Luc Chatel, mise en place de la « globalisation » et de « l’annualisation », dès la rentrée prochaine.

Déjà vu en 2012 : Se former : un droit !
Faute d’offre de l’administration, nous avons perdu une bonne partie de nos possibilités de formation professionnelle, un PAF quasiment inexistant ou des formations qui apparaissent et qui ne sont pas assurées. Mais il nous reste le droit de nous former mutuellement : le congé de formation syndicale.
Rappelons que tous les personnels, qu’ils travaillent dans des entreprises privées ou dans la Fonction Publique, ont le droit d’assister à 12 jours de formation syndicale par an.

En février, SUD avait décidé d’organiser une formation à destination des enseignants sur les sites isolés le long du Maroni.

Sur 10 collègues de l’Académie demandant un congé formation du syndicat SUD, 6 ont reçu un refus de la part de la Rectrice, nous obligeant à annuler la formation. La raison invoquée est « la nécessité de service ». Nous avons du mal à accepter que l’absence de 10 enseignants
sur les 5000 que compte l’académie désorganise à ce point le service !

En avril, des refus en masse sur de nouvelles formations ! Suite un recours hiérarchique adressé au nouveau recteur, celui-ci a finalement accepté l’ensemble des demandes. C’est un signe positif mais nous resterons vigilants pour les demandes à venir.

En effet SUD craint que, la restriction des postes de remplaçants au regard de l’augmentation de la population scolaire, contribue à généraliser les refus pour « nécessité de service » et donc à restreindre le droit syndical.

Nous sommes convaincus que la formation syndicale, moment privilégié pour les personnels de l’éducation d’être tenus au courant de leur droits et devoirs, est un maillon crucial de la cohésion et du bon fonctionnement du service public d’éducation.


Commentaires

Navigation

Articles de la rubrique

  • Ça ne s’arrange pas

Agenda

<<

2017

 

<<

Septembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930 
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Coup de gueule… bis

dimanche 14 septembre 2014

Au collège, on accueille de plus en plus d’élèves hétérogènes : non lecteurs, lecteurs débutants, déchiffreurs, en difficultés personnelles, sociales, primo arrivants, etc. Le collège doit donc devenir un lieu où tous ces élèves ont leur place mais aussi le lieu de toutes les expérimentations. Génial !
On va pouvoir enfin inventer, créer, innover. Oui, mais... Quels outils, quel matériel, quelle formation pour le professeur qui veut s’investir dans les projets ? Il va falloir tâtonner, trier la masse d’informations sur internet, faire des proformas, écouter le discours des uns, des autres, trouver une salle, demander une armoire, des livres, un ordinateur ? J’en passe ! Monter des projets, c’est bien joli, mais quel parcours du combattant ! Tout ceci est-il bien logique à l’heure où on supprime les enseignants spécialisés ? Est-ce au professeur lambda de remplacer ces spécialistes ? Comme d’habitude, on marche sur la tête !

Coup de gueule

dimanche 14 septembre 2014

80% d’une classe d’âge au bac ! C’était une révolution. L’égalité des chances... etc. Oui, on y arrive.
On trafique les notes, on fait passer les élèves au bénéfice de l’âge, on les maintient dans le système sans leur donner les moyens de réussir.... j’en passe ! On arrive maintenant à avoir des élèves qui vont au bac en sachant tout juste lire. Oui, tout le monde peut avoir son bac, un bac bradé pour faire du chiffre !
De quel intérêt parle-t-on alors ? Celui de l’élève ou celui de la sacro-sainte statistique d’une société dans laquelle seul le rendement compte ?

Enquête par questionnaire

jeudi 13 décembre 2012

Dès janvier SUD Éducation Guyane lancera une enquête par questionnaire sur les conditions matérielles de travail dans les écoles de Guyane.

L’objectif est pour nous de recueillir des données chiffrées histoire de dresser une liste assez exhaustive de problèmes rencontrés au niveau de nos extraordinaires conditions de travail...

Pour mener à bien cette enquête nous avons reçu un coup de main des camarades du département de sociologie de l’université Brest.

Double vacation

jeudi 13 décembre 2012

Le recteur est revenu sur sa position : il n’y aura pas d’expérimentation de la double vacation en Guyane. Reste que des enfants sont toujours non scolarisés et les constructions scolaires manquent cruellement.

La fédération SUD Éducation va intervenir auprès du ministère pour réaffirmer la nécessité d’un plan d’urgence pour l’éducation en Guyane.

Inspection : et si on arrêtait les bidouillages ?

jeudi 13 décembre 2012

SUD Éducation vient d’écrire au recteur pour lui demander de rappeler à ses Inspecteurs qu’ils ne peuvent pas faire n’importe quoi en matière d’inspection.

Les inspections surprises ne sont pas réglementaires. Les rapports d’inspection doivent être adressés aux intéressés dans un délai d’un mois et la note pédagogique doit être communiquée dans le trimestre qui suit l’inspection.