Vie Scolaire

Un pas de plus vers la fin

vendredi 11 juin 2010
par  Sud Éducation Guyane

Depuis la fin des MI-SE (Maître d’Internat, Surveillant d’Externat) et la généralisation des contrats précaires dans le service de vie scolaire, la qualité du service n’a fait que décroître. La baisse du niveau de recrutement, l’instabilité des équipes de surveillants, la multiplication des types de contrat ont rendu la tâche difficile pour les CPE sensés organiser la Vie scolaire. Après s’être bien appliqué à rendre ce service de moins en moins efficace, le gouvernement nous impose des solutions qui, loin d’améliorer la situation, ne vont qu’accélérer sa détérioration.

Précarité

En premier lieu il s’agit de rendre les personnels de plus en plus précaires en leur donnant des missions de plus en plus importantes.
En instaurant, par exemple, depuis février 2009 les médiateurs de réussite éducative, embauchés en contrats précaires (type CAE) sans qualification et dont les missions (suivi des absences des élèves dans et hors de l’établissement) empiètent dangereusement sur les prérogatives des CPE et des AS.

Externalisation

Ensuite, quand toute la communauté éducative est devant le fait accompli, que le personnel de surveillance n’est plus assez efficace pour contrôler le mouvement des élèves, le gouvernement tente de généraliser la vidéo-surveillance et instaure des équipes mobiles de sécurité pour venir rétablir l’ordre dans les établissements en cas de problème. Après avoir été expérimenté en région parisienne, ce dispositif s’est généralisé en 2010 sans réelle évaluation de son efficacité. Le souci n’est pas là, mais bien de vider le service Vie scolaire de sa mission d’accompagnement éducatif des élèves dans leur scolarité au profit d’une gestion sécuritaire des établissements.
L’introduction d’un bureau pour un représentant des forces de l’ordre dans les bahuts difficiles et la menace de suppression des allocations familiales viennent encore renforcer cette vision autoritaire et sécuritaire du gouvernement en matière d’éducation.

Renforcement de la hiérarchie

Pour finir, la politique éducative du ministre Chatel ne serait pas tout à fait à droite s’il n’y avait aucune mesure renforçant le pouvoir hiérarchique dans l’établissement. En matière de vie scolaire la mesure prend la forme de la création d’un préfet des études, dont les missions, encore floues, en feraient un super CPE, doté du pouvoir de sanction et surtout faisant partie de l’équipe de direction.
Il ne reste plus qu’à élargir les missions des enseignants afin de leur faire surveiller la cour de récréation et la disparition du service de Vie scolaire et des CPE se fera d’elle-même.


Commentaires

Agenda

<<

2017

 

<<

Octobre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
      1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031     
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Coup de gueule… bis

dimanche 14 septembre 2014

Au collège, on accueille de plus en plus d’élèves hétérogènes : non lecteurs, lecteurs débutants, déchiffreurs, en difficultés personnelles, sociales, primo arrivants, etc. Le collège doit donc devenir un lieu où tous ces élèves ont leur place mais aussi le lieu de toutes les expérimentations. Génial !
On va pouvoir enfin inventer, créer, innover. Oui, mais... Quels outils, quel matériel, quelle formation pour le professeur qui veut s’investir dans les projets ? Il va falloir tâtonner, trier la masse d’informations sur internet, faire des proformas, écouter le discours des uns, des autres, trouver une salle, demander une armoire, des livres, un ordinateur ? J’en passe ! Monter des projets, c’est bien joli, mais quel parcours du combattant ! Tout ceci est-il bien logique à l’heure où on supprime les enseignants spécialisés ? Est-ce au professeur lambda de remplacer ces spécialistes ? Comme d’habitude, on marche sur la tête !

Coup de gueule

dimanche 14 septembre 2014

80% d’une classe d’âge au bac ! C’était une révolution. L’égalité des chances... etc. Oui, on y arrive.
On trafique les notes, on fait passer les élèves au bénéfice de l’âge, on les maintient dans le système sans leur donner les moyens de réussir.... j’en passe ! On arrive maintenant à avoir des élèves qui vont au bac en sachant tout juste lire. Oui, tout le monde peut avoir son bac, un bac bradé pour faire du chiffre !
De quel intérêt parle-t-on alors ? Celui de l’élève ou celui de la sacro-sainte statistique d’une société dans laquelle seul le rendement compte ?

Enquête par questionnaire

jeudi 13 décembre 2012

Dès janvier SUD Éducation Guyane lancera une enquête par questionnaire sur les conditions matérielles de travail dans les écoles de Guyane.

L’objectif est pour nous de recueillir des données chiffrées histoire de dresser une liste assez exhaustive de problèmes rencontrés au niveau de nos extraordinaires conditions de travail...

Pour mener à bien cette enquête nous avons reçu un coup de main des camarades du département de sociologie de l’université Brest.

Double vacation

jeudi 13 décembre 2012

Le recteur est revenu sur sa position : il n’y aura pas d’expérimentation de la double vacation en Guyane. Reste que des enfants sont toujours non scolarisés et les constructions scolaires manquent cruellement.

La fédération SUD Éducation va intervenir auprès du ministère pour réaffirmer la nécessité d’un plan d’urgence pour l’éducation en Guyane.

Inspection : et si on arrêtait les bidouillages ?

jeudi 13 décembre 2012

SUD Éducation vient d’écrire au recteur pour lui demander de rappeler à ses Inspecteurs qu’ils ne peuvent pas faire n’importe quoi en matière d’inspection.

Les inspections surprises ne sont pas réglementaires. Les rapports d’inspection doivent être adressés aux intéressés dans un délai d’un mois et la note pédagogique doit être communiquée dans le trimestre qui suit l’inspection.