Pédagogie

Pour l’autoformation !

dimanche 14 février 2010
par  Sud Éducation Guyane

Notre académie, nous le savons bien, a de gros besoins en termes de formation des enseignants.

Pourtant, les stagiaires T1 et T2 (Professeurs des écoles titulaires dans leurs 1ère ou 2ème années) se sont bien mordu les doigts d’avoir effectué leur stage de 3 semaines entre fin novembre et début décembre à l’IUFM de Cayenne. De nombreux cours n’ont en effet pas eu lieu ou étaient "improvisés" et la moindre demande d’explication s’est transformée en agressions verbales de la part du responsable de la formation. On aura au moins appris une chose, que l’administration pense tout bas sans oser pourtant la dire tout haut : "Quand on est fonctionnaire, on n’a qu’un seul droit, celui de fermer sa gueule !" (fin de citation !).

Une démarche syndicale commune, et à l’initiative du STEG-UTG, a vu les syndicats enseignants STEG-UTG, SNUipp, SE-UNSA et Sud-Education aller à la rencontre des responsables de l’IUFM et de l’Inspection d’Académie. Tous se sont engagés à améliorer les choses pour le prochain stage de mars.

Espérons que ce ne seront pas de belles paroles mais ne nous arrêtons pas là : Sud-Education a déjà pris position pour proposer une part d’auto-formation des enseignants. Car c’est en nous organisant nous-mêmes que nous saurons répondre le mieux aux défis pédagogiques qui nous attendent dans nos classes. En effet, des conseillers pédagogiques, qui ne travaillent plus que dans des bureaux, ne sont pas les mieux placés pour répondre à nos questions ni même pour nous mettre en situation d’échanger...
Ils se contentent d’ailleurs souvent de proposer des animations autour de soi-disant "nouveaux programmes" qui n’ont souvent que 2 virgules de plus que les précédents…

Ce sont de vulgaires tâches occupationnelles cherchant à asseoir le principe que les idées viennent d’en haut. Peu à peu, l’administration nous confie de plus en plus de "paperasserie" et ce au détriment de notre activité pédagogique.

Bientôt, en classe, les enseignants diront aux élèves de pas les déranger pendant qu’ils remplissent des fiches actions pour "Monsieur l’Inspecteur"... L’autoformation et l’échange des pratiques entre collègues restent le meilleur moyen de travailler hors temps de classe à la réussite de nos élèves.

Il est temps que l’administration comprenne que ce sont les enseignants qui font la réussite des élèves et que leurs politiques de dénigrement (les profs ne seraient jamais contents), d’infantilisation (réunions pédagogiques stériles où le seul message consiste à rappeler le rôle de l’autorité en place) et de rabaissement (c’est bien connu le niveau baisse et à votre avis la faute à qui ?) sont autant de voies sans issue que nous ne pouvons plus accepter d’arpenter.

Nous avons besoin de temps e réflexion sur nos pratiques, de formations et d’échanges, c’est ainsi que nous irons de l’avant.


Commentaires

Agenda

<<

2017

 

<<

Septembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930 
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Coup de gueule… bis

dimanche 14 septembre 2014

Au collège, on accueille de plus en plus d’élèves hétérogènes : non lecteurs, lecteurs débutants, déchiffreurs, en difficultés personnelles, sociales, primo arrivants, etc. Le collège doit donc devenir un lieu où tous ces élèves ont leur place mais aussi le lieu de toutes les expérimentations. Génial !
On va pouvoir enfin inventer, créer, innover. Oui, mais... Quels outils, quel matériel, quelle formation pour le professeur qui veut s’investir dans les projets ? Il va falloir tâtonner, trier la masse d’informations sur internet, faire des proformas, écouter le discours des uns, des autres, trouver une salle, demander une armoire, des livres, un ordinateur ? J’en passe ! Monter des projets, c’est bien joli, mais quel parcours du combattant ! Tout ceci est-il bien logique à l’heure où on supprime les enseignants spécialisés ? Est-ce au professeur lambda de remplacer ces spécialistes ? Comme d’habitude, on marche sur la tête !

Coup de gueule

dimanche 14 septembre 2014

80% d’une classe d’âge au bac ! C’était une révolution. L’égalité des chances... etc. Oui, on y arrive.
On trafique les notes, on fait passer les élèves au bénéfice de l’âge, on les maintient dans le système sans leur donner les moyens de réussir.... j’en passe ! On arrive maintenant à avoir des élèves qui vont au bac en sachant tout juste lire. Oui, tout le monde peut avoir son bac, un bac bradé pour faire du chiffre !
De quel intérêt parle-t-on alors ? Celui de l’élève ou celui de la sacro-sainte statistique d’une société dans laquelle seul le rendement compte ?

Enquête par questionnaire

jeudi 13 décembre 2012

Dès janvier SUD Éducation Guyane lancera une enquête par questionnaire sur les conditions matérielles de travail dans les écoles de Guyane.

L’objectif est pour nous de recueillir des données chiffrées histoire de dresser une liste assez exhaustive de problèmes rencontrés au niveau de nos extraordinaires conditions de travail...

Pour mener à bien cette enquête nous avons reçu un coup de main des camarades du département de sociologie de l’université Brest.

Double vacation

jeudi 13 décembre 2012

Le recteur est revenu sur sa position : il n’y aura pas d’expérimentation de la double vacation en Guyane. Reste que des enfants sont toujours non scolarisés et les constructions scolaires manquent cruellement.

La fédération SUD Éducation va intervenir auprès du ministère pour réaffirmer la nécessité d’un plan d’urgence pour l’éducation en Guyane.

Inspection : et si on arrêtait les bidouillages ?

jeudi 13 décembre 2012

SUD Éducation vient d’écrire au recteur pour lui demander de rappeler à ses Inspecteurs qu’ils ne peuvent pas faire n’importe quoi en matière d’inspection.

Les inspections surprises ne sont pas réglementaires. Les rapports d’inspection doivent être adressés aux intéressés dans un délai d’un mois et la note pédagogique doit être communiquée dans le trimestre qui suit l’inspection.