Anciennocratie

À quand la fin du bizutage institutionnel ?

mercredi 14 octobre 2009
par  Sud Éducation Guyane

En 1998, une loi faisait du bizutage un délit. Plus de 10 ans après, on constate malheureusement que certaines pratiques perdurent envers les nouveaux collègues nommés dans nos bahuts. Il faut dire que la loi concerne les élèves, pas les profs !

Lors de la prérentrée, tous les profs n’attendent qu’une chose : la distribution des emplois du temps. Cette année encore, les nouveaux collègues se ramasseront les emplois du temps les plus pourris... c’est le bizutage institutionnel !
Les exemples ne manquent pas, demandez autour de vous, à vos nouveaux collègues et particulièrement aux néo-titulaires. Ils ont souvent au moins 3 niveaux différents à préparer alors que d’autres, dans la même matière, n’ont qu’un seul niveau. Ils sont aussi professeurs principaux et assurent les différentes heures hors programmes comme les études obligatoires. Le pire reste sûrement le partage des heures supplémentaires puisqu’il n’est pas rare qu’ils écopent de toutes les heures dont personne ne veut. Il existe même des emplois du temps de plus de 24 heures hebdo où des Heures Sup Effectives( HSE) étaient inscrites à leur emploi du temps annuel sans que les collègues ne le sachent.

Que peut-on retenir de ces pratiques ?

D’abord, il s’agit de relever la mesquinerie des chefs d’établissement qui ne proposent pas des emplois du temps à peu près équitables entre les collègues de peur de voir la fronde se généraliser. Ensuite, on remarque le coté fourbe du patron qui préfère charger la mule des nouveaux qui débarquent en faisant le pari qu’ils n’oseront pas la ramener, à plus forte raison s’ils sont jeunes et contractuels, et que les autres ne diront rien, bien contents de s’en tirer à bon compte.

Comment peut-on alors réagir ?

Devant le fait accompli, on ne peut que montrer de la solidarité avec les nouveaux collègues. Surtout pas en acceptant de récupérer une partie de leurs heures sup... mais tout d’abord en leur rappelant leur droit de refuser toutes heures supplémentaires, sans oublier de préciser que le chef peut tout de même leur en imposer une (Heure Sup Année). Il faut également, et c’est le plus important, avoir une réponse collective en refusant tous de faire des heures supplémentaires afin de ne pas isoler les nouveaux qui souhaiteraient ne pas avoir un emploi du temps surchargé. Il faut également rappeler au chef d’établissement que ce n’est pas dans l’intérêt du climat de l’établissement de faire des différences de traitement aussi flagrantes entre les profs. D’autant qu’on s’aperçoit fréquemment que les nouveaux écopent en plus des classes « poubelles » ! Cela crée inévitablement des tensions entre collègues. En plus, à la longue, une partie de l’équipe se fatigue beaucoup plus rapidement. Bonjour l’ambiance à la fin du premier trimestre...

En finir avec l’anciennocratie !

C’est pour quoi, à SUD éducation, nous luttons pour abolir les privilèges de l’anciennocratie, ce principe, plus ou moins implicite, qui voudrait que les derniers arrivés triment pendant que les anciens trustent toutes les bonnes places. Pour lutter contre ce traitement inégalitaire nous réclamons un statut unique pour tous les personnels, seule garantie de traitement égalitaire. Cela implique d’en finir avec le système des échelons qu’on gravit d’autant plus rapidement qu’on est docile et soumis aux chefs d’établissement et aux inspecteurs. Il faudra alors accepter que pour un même travail on gagne le même salaire quelle que soit son ancienneté. Ce sera alors l’avènement d’une véritable solidarité intergénérationnelle.


Commentaires

Agenda

<<

2017

 

<<

Novembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930   
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Coup de gueule… bis

dimanche 14 septembre 2014

Au collège, on accueille de plus en plus d’élèves hétérogènes : non lecteurs, lecteurs débutants, déchiffreurs, en difficultés personnelles, sociales, primo arrivants, etc. Le collège doit donc devenir un lieu où tous ces élèves ont leur place mais aussi le lieu de toutes les expérimentations. Génial !
On va pouvoir enfin inventer, créer, innover. Oui, mais... Quels outils, quel matériel, quelle formation pour le professeur qui veut s’investir dans les projets ? Il va falloir tâtonner, trier la masse d’informations sur internet, faire des proformas, écouter le discours des uns, des autres, trouver une salle, demander une armoire, des livres, un ordinateur ? J’en passe ! Monter des projets, c’est bien joli, mais quel parcours du combattant ! Tout ceci est-il bien logique à l’heure où on supprime les enseignants spécialisés ? Est-ce au professeur lambda de remplacer ces spécialistes ? Comme d’habitude, on marche sur la tête !

Coup de gueule

dimanche 14 septembre 2014

80% d’une classe d’âge au bac ! C’était une révolution. L’égalité des chances... etc. Oui, on y arrive.
On trafique les notes, on fait passer les élèves au bénéfice de l’âge, on les maintient dans le système sans leur donner les moyens de réussir.... j’en passe ! On arrive maintenant à avoir des élèves qui vont au bac en sachant tout juste lire. Oui, tout le monde peut avoir son bac, un bac bradé pour faire du chiffre !
De quel intérêt parle-t-on alors ? Celui de l’élève ou celui de la sacro-sainte statistique d’une société dans laquelle seul le rendement compte ?

Enquête par questionnaire

jeudi 13 décembre 2012

Dès janvier SUD Éducation Guyane lancera une enquête par questionnaire sur les conditions matérielles de travail dans les écoles de Guyane.

L’objectif est pour nous de recueillir des données chiffrées histoire de dresser une liste assez exhaustive de problèmes rencontrés au niveau de nos extraordinaires conditions de travail...

Pour mener à bien cette enquête nous avons reçu un coup de main des camarades du département de sociologie de l’université Brest.

Double vacation

jeudi 13 décembre 2012

Le recteur est revenu sur sa position : il n’y aura pas d’expérimentation de la double vacation en Guyane. Reste que des enfants sont toujours non scolarisés et les constructions scolaires manquent cruellement.

La fédération SUD Éducation va intervenir auprès du ministère pour réaffirmer la nécessité d’un plan d’urgence pour l’éducation en Guyane.

Inspection : et si on arrêtait les bidouillages ?

jeudi 13 décembre 2012

SUD Éducation vient d’écrire au recteur pour lui demander de rappeler à ses Inspecteurs qu’ils ne peuvent pas faire n’importe quoi en matière d’inspection.

Les inspections surprises ne sont pas réglementaires. Les rapports d’inspection doivent être adressés aux intéressés dans un délai d’un mois et la note pédagogique doit être communiquée dans le trimestre qui suit l’inspection.