La rubrique de Père Lapin

Colère(s)

mercredi 14 octobre 2009
par  Sud Éducation Guyane

C’est la rentrée. Je voulais faire un article sur mon bahut : "il manque des postes", certains syndicats le disent déjà ; "faut qu’j’demande une audience auprès du recteur", d’autres ne font que ça ; "les contractuels trop l’bordel", comme s’ils ne le savaient pas… ; "la cafetière est en panne", ça c’est du sérieux ! On va donc le faire version Sud Éducation, ça tombe bien c’est mon journal.

C’est donc la rentrée.
Mais avant… la prérentrée.

Le recteur promet le jeudi après-midi libre aux contractuels pour pouvoir se former (en vue d’une hypothétique titularisation ?). Mon proviseur dit que techniquement c’est impossible et que si on critique le recteur là-dessus (même si sa promesse est intenable) c’est politique, qu’il ne s’engage pas sur ce terrain-là ! Bref, pas de formation pour les contractuels ! Pas de titularisation ? On les prend pour des cons !

C’est donc la rentrée ! Ouf !

Le Bac Pro 3 ans, vous connaissez ? Si vous ne connaissez pas c’est… on remplace les BEP 2ans + les Bac Pro 2ans par les BEP 0 an + les Bac Pro 3ans, 2+2=0+3, un an de formation pour les élèves en moinssse et plein de postes perdus, des sous dans la cagnotte ! Il est prévu en Bac Pro 3 ans de l’aide individualisée. Idée intéressante… seulement voilà, on, les profs de maths du L.P. Castor, refuse les heures sup (17h pour 5,5 profs, refus collectif par lettre transmise au rectorat en mars 2009, via le Proviseur, ils avaient le temps de le prévoir). Un demi-poste va donc être créé (victoire en cours d’acquisition), quelqu’un va pouvoir avoir une paie ou un complément de paie, ce n’est pas rien. Donc, on refuse les heures sup’, MAIS… on essaie de nous refiler l’aide individualisée en HSE (gros volant d’HSE à Castor, en plus des 17 HSA en maths/sciences), MAIS… on ne veut pas non plus. Donc pas d’aides individualisées. Le rectorat n’a donc pas prévu les postes pour faire appliquer les nouveaux programmes. Si je dis qu’ils s’en foutent, c’est un doux euphémisme ? Pas doux ?

A Elie Castor, il n’y a toujours pas de prof de menuiserie. Les élèves n’ont pas leur quota d’heures.
A Elie Castor, l’infirmière ne peut pas travailler parce que le rectorat ne lui a pas délivré l’arrêté de nomination. Donc pas de visite médicale pour les élèves (obligatoire et indispensable en atelier bois par exemple). Pas d’assistance en cas d’accident ! Que vaut un doigt, une main, un élève ?

Je termine par une petite colère perso.

En CAP on (le rectorat ? les COP ?) inscrit souvent des élèves en difficulté et beaucoup sont en situation irrégulière. C’est plus simple, pas d’orientation en fin de cycle (le CAP est une fin de cycle), retour à la maison… et P.A.F (Police Aux Frontières) ! Seulement voilà, un certain nombre d’élèves, en situation irrégulière, ont un gros potentiel et une volonté énorme mais ils ne parlent pas encore bien le français. Ils ont, en fin de cycle, quand même bien sûr leur CAP. Mais on en fait quoi après ? Cette année, à la rentrée, certains ont été inscrits en Tale BEP pour boucher les trous (un CAP climatisation vient d’arriver en Tale BEP bois, c’est quoi c’bordel ?), d’autres en 2nde Bac Pro 3ans, sans concertation avec les équipes éducatives. Il est impossible que les "orienteurs" professionnels aient regardé une seule fois l’avis des profs, donné en conseil des classes, p’t’êt’ qu’ils s’en foutent. Les élèves une marchandise ? Sans octroi de mer ?


Commentaires

Agenda

<<

2017

 

<<

Novembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930   
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Coup de gueule… bis

dimanche 14 septembre 2014

Au collège, on accueille de plus en plus d’élèves hétérogènes : non lecteurs, lecteurs débutants, déchiffreurs, en difficultés personnelles, sociales, primo arrivants, etc. Le collège doit donc devenir un lieu où tous ces élèves ont leur place mais aussi le lieu de toutes les expérimentations. Génial !
On va pouvoir enfin inventer, créer, innover. Oui, mais... Quels outils, quel matériel, quelle formation pour le professeur qui veut s’investir dans les projets ? Il va falloir tâtonner, trier la masse d’informations sur internet, faire des proformas, écouter le discours des uns, des autres, trouver une salle, demander une armoire, des livres, un ordinateur ? J’en passe ! Monter des projets, c’est bien joli, mais quel parcours du combattant ! Tout ceci est-il bien logique à l’heure où on supprime les enseignants spécialisés ? Est-ce au professeur lambda de remplacer ces spécialistes ? Comme d’habitude, on marche sur la tête !

Coup de gueule

dimanche 14 septembre 2014

80% d’une classe d’âge au bac ! C’était une révolution. L’égalité des chances... etc. Oui, on y arrive.
On trafique les notes, on fait passer les élèves au bénéfice de l’âge, on les maintient dans le système sans leur donner les moyens de réussir.... j’en passe ! On arrive maintenant à avoir des élèves qui vont au bac en sachant tout juste lire. Oui, tout le monde peut avoir son bac, un bac bradé pour faire du chiffre !
De quel intérêt parle-t-on alors ? Celui de l’élève ou celui de la sacro-sainte statistique d’une société dans laquelle seul le rendement compte ?

Enquête par questionnaire

jeudi 13 décembre 2012

Dès janvier SUD Éducation Guyane lancera une enquête par questionnaire sur les conditions matérielles de travail dans les écoles de Guyane.

L’objectif est pour nous de recueillir des données chiffrées histoire de dresser une liste assez exhaustive de problèmes rencontrés au niveau de nos extraordinaires conditions de travail...

Pour mener à bien cette enquête nous avons reçu un coup de main des camarades du département de sociologie de l’université Brest.

Double vacation

jeudi 13 décembre 2012

Le recteur est revenu sur sa position : il n’y aura pas d’expérimentation de la double vacation en Guyane. Reste que des enfants sont toujours non scolarisés et les constructions scolaires manquent cruellement.

La fédération SUD Éducation va intervenir auprès du ministère pour réaffirmer la nécessité d’un plan d’urgence pour l’éducation en Guyane.

Inspection : et si on arrêtait les bidouillages ?

jeudi 13 décembre 2012

SUD Éducation vient d’écrire au recteur pour lui demander de rappeler à ses Inspecteurs qu’ils ne peuvent pas faire n’importe quoi en matière d’inspection.

Les inspections surprises ne sont pas réglementaires. Les rapports d’inspection doivent être adressés aux intéressés dans un délai d’un mois et la note pédagogique doit être communiquée dans le trimestre qui suit l’inspection.