Contrats de 3 ans

Sommes-nous les cobayes de la France ?

mercredi 10 juin 2009
par  Sud Éducation Guyane

Courrier contrat de 3 ans
A une commission de mai, le Recteur a été saisi des questions concernant le « contrat de 3 ans » des contractuels. Le Recteur a précisé d’emblée que c’était une expérimentation : 206 personnes sont sélectionnées. Ces personnes ont signé un contrat sur établissement d’un an, renouvelable 2 fois. Drôle de contrat de 3 ans… Si ces collègues non-titulaires veulent changer d’établissement, ils perdent la possibilité de signer un contrat de 3 ans. Le Recteur a dit qu’il ne savait pas encore comment gérer ces cas pour qu’ils ne soient pas pénalisés par cette demande de changement d’établissement. Mais il déclare : « Pas de solution pour l’instant ». S’agissant de l’ordre d’affectation entre titulaires et non-titulaires : le Recteur a d’abord avancé en CAPA que le mouvement des titulaires aurait lieu d’abord, certifiant ainsi qu’il n’y aura pas de poste gelé pour ces contrats de 3 ans. Les collègues ne seront donc pas sur des postes vacants bloqués pour eux. Ce serait illégal, en effet ! Le Recteur a insisté sur le fait qu’on ne savait pas du tout comment ça allait finir par marcher ! Donc, on a pris un cas de figure : un collègue non-titulaire qui signe ce contrat sur un établissement sera quoiqu’il arrive sur cet établissement. Même au cas où il y ait déjà tous les titulaires ! La question est : « Que fera-t-il ? ». Mais rebondissement de dernière minute, au groupe de travail sur les mutations, l’administration a déclaré que les postes seraient bien réservés aux non-titulaires qui ont signé ce contrat. Alors qui croire ?

Chers collègues non-titulaires, vérifiez vos contrats : enseignerez-vous dans votre matière ? Serez-vous obligé de faire ce qu’on vous demande ?

Chers collègues titulaires, vos demandes risquent bien de ne pas aboutir là où vous voulez qu’elles aboutissent.
Chers collègues, serait-ce une manœuvre pour nous diviser ?

On nous annonce un bilan qui sera fait en octobre prochain. Sommes-nous des cobayes ? Le Recteur précise alors que si on constate trop de problèmes, rien ne lui interdira de changer de dispositif… Qui ne tente rien n’a rien, c’est vrai. Mais, nous, ce qu’on veut, c’est protéger nos collègues, pas jouer aux cobayes de la privatisation de l’Éducation Nationale. Il faut titulariser les non-titulaires par tous les moyens possibles et arrêter le recrutement de précaires.!


Commentaires

Agenda

<<

2017

 

<<

Septembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930 
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Coup de gueule… bis

dimanche 14 septembre 2014

Au collège, on accueille de plus en plus d’élèves hétérogènes : non lecteurs, lecteurs débutants, déchiffreurs, en difficultés personnelles, sociales, primo arrivants, etc. Le collège doit donc devenir un lieu où tous ces élèves ont leur place mais aussi le lieu de toutes les expérimentations. Génial !
On va pouvoir enfin inventer, créer, innover. Oui, mais... Quels outils, quel matériel, quelle formation pour le professeur qui veut s’investir dans les projets ? Il va falloir tâtonner, trier la masse d’informations sur internet, faire des proformas, écouter le discours des uns, des autres, trouver une salle, demander une armoire, des livres, un ordinateur ? J’en passe ! Monter des projets, c’est bien joli, mais quel parcours du combattant ! Tout ceci est-il bien logique à l’heure où on supprime les enseignants spécialisés ? Est-ce au professeur lambda de remplacer ces spécialistes ? Comme d’habitude, on marche sur la tête !

Coup de gueule

dimanche 14 septembre 2014

80% d’une classe d’âge au bac ! C’était une révolution. L’égalité des chances... etc. Oui, on y arrive.
On trafique les notes, on fait passer les élèves au bénéfice de l’âge, on les maintient dans le système sans leur donner les moyens de réussir.... j’en passe ! On arrive maintenant à avoir des élèves qui vont au bac en sachant tout juste lire. Oui, tout le monde peut avoir son bac, un bac bradé pour faire du chiffre !
De quel intérêt parle-t-on alors ? Celui de l’élève ou celui de la sacro-sainte statistique d’une société dans laquelle seul le rendement compte ?

Enquête par questionnaire

jeudi 13 décembre 2012

Dès janvier SUD Éducation Guyane lancera une enquête par questionnaire sur les conditions matérielles de travail dans les écoles de Guyane.

L’objectif est pour nous de recueillir des données chiffrées histoire de dresser une liste assez exhaustive de problèmes rencontrés au niveau de nos extraordinaires conditions de travail...

Pour mener à bien cette enquête nous avons reçu un coup de main des camarades du département de sociologie de l’université Brest.

Double vacation

jeudi 13 décembre 2012

Le recteur est revenu sur sa position : il n’y aura pas d’expérimentation de la double vacation en Guyane. Reste que des enfants sont toujours non scolarisés et les constructions scolaires manquent cruellement.

La fédération SUD Éducation va intervenir auprès du ministère pour réaffirmer la nécessité d’un plan d’urgence pour l’éducation en Guyane.

Inspection : et si on arrêtait les bidouillages ?

jeudi 13 décembre 2012

SUD Éducation vient d’écrire au recteur pour lui demander de rappeler à ses Inspecteurs qu’ils ne peuvent pas faire n’importe quoi en matière d’inspection.

Les inspections surprises ne sont pas réglementaires. Les rapports d’inspection doivent être adressés aux intéressés dans un délai d’un mois et la note pédagogique doit être communiquée dans le trimestre qui suit l’inspection.