Malaises à Max Joséphine

Du silence au mépris…

mardi 17 février 2009
par  Sud Éducation Guyane

Plusieurs incidents et accidents ont eu lieu au lycée Melkior-Garré : la sécurité n’est pas assurée et le malaise est plus que palpable.

Depuis des années, aucune solution n’est apportée pour qu’élèves et enseignants travaillent dans des conditions « normales ».

Hier, lundi 16 Février 2009, la Région et un représentant du Ministère de l’Éducation Nationale se sont une fois de plus compromis en donnant des explications loufoques quant à la cause des malaises survenus, jeudi, et ayant touché une vingtaine d’élèves sur le site de Max Joséphine.

Nous soutenons les élèves, parents d’élèves et enseignants dans leurs actions pour que la vérité soit faite et pour que des solutions concrètes et rapides soient apportées pour nous permettre à tous, de travailler dans de bonnes conditions.

Sud Éducation Guyane.


Commentaires

Agenda

<<

2018

 

<<

Mai

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031   
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

LA RENTREE 2018 MENACEE AU LYCEE F. EBOUE (Cayenne)

mercredi 23 mai

Les élus du CA et les syndicats alertent les personnels sur l’absence de préparation de la rentrée prochaine :

- 152 élèves supplémentaires sans création de classe, aucune demande de création de postes d’enseignants par la direction (alors que les autres lycées en ont obtenu 41 en tout) ; pas de 13ème seconde ; environ 31 élèves par classe (plus haut taux de Guyane) ;
- Pas de répartition ni de ventilation de la DHG, empêchant la tenue des conseils d’enseignement pour la préparation de la rentrée ;
- Dégradation de la vie de l’établissement avec montée des violences : agressions d’élèves à l’intérieur du lycée et aux abords, bagarres, professeurs filmés en cours, personnels bousculés ou insultés. Tout cela sans écoute de la direction, sans prise en charge sérieuse, sans politique de sanctions claire ;
- Pas de projet d’établissement pour la rentrée 2018 ; manque de soutien aux projets pédagogiques, pas d’ouverture continue du CDI ;

Les élèves ont déjà perdu 2 semaines de cours à cause d’une rentrée mal préparée en 2017 et celle de 2018 s’annonce pire. Mobilisons-nous pour éviter cela.

RDV devant le lycée pour manifester à 7h
GREVE jeudi 24 mai 2018

SNES-FSU
SUD éducation
UNSA éducation

Halte à la gouvernance imbécile de la Guyane Contre la hiérarchie, pas de hiérarchie !

vendredi 18 mai

SUD éducation Guyane, à l’instar de son attachement et de la promotion des pédagogies alternatives, défend les principes de gouvernance alternative décidée collectivement par les usagers de l’éducation nationale.
SUD éducation Guyane attaché à ces principes anti-hiérarchiques ne souhaite [...] aucun recteur quel qu’il soit.
SUD éducation Guyane appelle tous les usagers de l’éducation nationale en Guyane à se réunir en assemblée générale et à convoquer des états généraux de la gouvernance de l’académie pour jeter les nouvelles bases de gestion et de gouvernance de notre académie, émancipée d’une hiérarchie inutile et incompétente.

GREVE - 22 MAI - FONCTION PUBLIQUE - GUYANE

samedi 12 mai

SAINT-LAURENT-DU-MARONI
CAYENNE
KOUROU

GREVE à l’appel de l’UTG, de la FSU, de la CDTG-CFDT, de l’UNSA, du SNETAA-FO et de Solidaires

1er mai - manifestation - Saint-Laurent - 9h30 - Château d’eau

vendredi 27 avril

Un 1er mai de lutte, social et internationaliste
Journée internationale de lutte des travailleurs/euses

SUD éducation Guyane appelle ses adhérent-e-s et sympathisant-e-s à rejoindre l’initiative de l’UTG et à se retrouver à 9h30 devant le Château d’eau. (prises de parole à 11h00 sur la place Flore Lithaw)

Les 9, 10 et 14 avril, sans attendre, amplifions les luttes !

jeudi 5 avril

Sur le terrain, dans les entreprises, les services, les départements et communes nous appelons nos équipes à poursuivre et amplifier leurs actions pour tisser des liens, fédérer les luttes et organiser l’offensive. La responsabilité du mouvement social est immense et nous devons être à la hauteur sans attendre. Il nous faut multiplier localement les initiatives de convergences devant des services publics (gares, hôpitaux, centres des finances, bureaux de postes, pôles emplois, écoles, EHPAD…) et les formes d’actions : rassemblements, actions, assemblées générales, grèves, diffusion de tracts, manifestations.