Répression

Tri sélectif : le rectorat en pôle position

vendredi 21 novembre 2008
par  Sud Éducation Guyane

Un grand nombre d’enseignants contractuels a pris part à la mobilisation guyanaise de l’année passée. Même sans la protection qu’apporte le statut de fonctionnaire titulaire ils n’ont pas eu peur de se mettre en avant.
Les besoins en enseignants de l’académie font que la majorité des contractuels a été reprise à cette rentrée 2008. Mais ce ne fut pas le cas de tous. D’autres se retrouvent aujourd’hui sans affectation, au chômage.

Pour ces derniers, reste à savoir ce qui leur vaut de se retrouver aujourd’hui sans boulot. Est-ce une sanction ? Est-ce parce que d’autres sont passés devant eux grâce à un barème plus favorable ?

Pour celles et ceux qui ne le savent pas les contractuels sont affectés par le rectorat et un groupe de travail (composé d’organisations syndicales et de membres de l’administration) veille à ce que ces affectations se fassent en fonction d’un barème qui tient compte de critères tels que l’ancienneté, le niveau de qualification…
Dès le mois de juin 2008, SUD Éducation a demandé à plusieurs reprises au recteur à pouvoir participer à ces groupes de travail. La réponse nous est arrivée fin octobre ! Ceux qui s’occuperont de cela à l’avenir seront les élus de la future commission consultative des non-titulaires qui siègera seulement après les élections professionnelles du 2 décembre ! Cette commission ne sera composée que de trois élus syndicaux. Impossible donc pour SUD de savoir pour cette rentrée si oui ou non le barème des contractuels a été respecté.

Précarité

Dans le même temps il nous a été rapporté des propos que le recteur aurait tenus dans les locaux de la FSU. Suite au non réemploi de Stéphane Trouille le recteur aurait été interpellé au sujet de l’existence d’une liste noire des enseignants contractuels qui ont participé au mouvement de l’année dernière. Le recteur aurait répondu qu’il n’y avait pas de liste noire des contractuels mais que concernant Monsieur Trouille, il ne renouvellerait pas le contrat d’un enseignant qui aurait frappé des policiers au sol ! Lorsqu’on sait que Stéphane Trouille n’a pas hésité à se placer entre les pierres et les forces de l’ordre, au risque d’être blessé lors des incidents de la sous-préfecture à Saint-Laurent, l’accusation laisse sans voix… Le recteur aurait ensuite donné le nom d’un policier qu’il fallait contacter pour plus d’informations, ce qui a été fait. Ce policier n’est pas au courant des faits avancés par le recteur et affirme ne rien avoir vu de spécial concernant Monsieur Trouille.
Les personnes qui se sont fait l’écho de ces propos n’ont pas décidé de les mettre sur la place publique ce qui aurait été la moindre des choses.

Reste que si le recteur avait bel et bien tenu ces propos ce serait grave et nous ne pourrions qu’être affligés.
A ne pas vouloir soutenir les collègues face à un recteur qui chercherait délibérément à nuire, c’est la cause syndicale tout entière qui en sort humiliée.


Commentaires

Agenda

<<

2017

 

<<

Septembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930 
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Coup de gueule… bis

dimanche 14 septembre 2014

Au collège, on accueille de plus en plus d’élèves hétérogènes : non lecteurs, lecteurs débutants, déchiffreurs, en difficultés personnelles, sociales, primo arrivants, etc. Le collège doit donc devenir un lieu où tous ces élèves ont leur place mais aussi le lieu de toutes les expérimentations. Génial !
On va pouvoir enfin inventer, créer, innover. Oui, mais... Quels outils, quel matériel, quelle formation pour le professeur qui veut s’investir dans les projets ? Il va falloir tâtonner, trier la masse d’informations sur internet, faire des proformas, écouter le discours des uns, des autres, trouver une salle, demander une armoire, des livres, un ordinateur ? J’en passe ! Monter des projets, c’est bien joli, mais quel parcours du combattant ! Tout ceci est-il bien logique à l’heure où on supprime les enseignants spécialisés ? Est-ce au professeur lambda de remplacer ces spécialistes ? Comme d’habitude, on marche sur la tête !

Coup de gueule

dimanche 14 septembre 2014

80% d’une classe d’âge au bac ! C’était une révolution. L’égalité des chances... etc. Oui, on y arrive.
On trafique les notes, on fait passer les élèves au bénéfice de l’âge, on les maintient dans le système sans leur donner les moyens de réussir.... j’en passe ! On arrive maintenant à avoir des élèves qui vont au bac en sachant tout juste lire. Oui, tout le monde peut avoir son bac, un bac bradé pour faire du chiffre !
De quel intérêt parle-t-on alors ? Celui de l’élève ou celui de la sacro-sainte statistique d’une société dans laquelle seul le rendement compte ?

Enquête par questionnaire

jeudi 13 décembre 2012

Dès janvier SUD Éducation Guyane lancera une enquête par questionnaire sur les conditions matérielles de travail dans les écoles de Guyane.

L’objectif est pour nous de recueillir des données chiffrées histoire de dresser une liste assez exhaustive de problèmes rencontrés au niveau de nos extraordinaires conditions de travail...

Pour mener à bien cette enquête nous avons reçu un coup de main des camarades du département de sociologie de l’université Brest.

Double vacation

jeudi 13 décembre 2012

Le recteur est revenu sur sa position : il n’y aura pas d’expérimentation de la double vacation en Guyane. Reste que des enfants sont toujours non scolarisés et les constructions scolaires manquent cruellement.

La fédération SUD Éducation va intervenir auprès du ministère pour réaffirmer la nécessité d’un plan d’urgence pour l’éducation en Guyane.

Inspection : et si on arrêtait les bidouillages ?

jeudi 13 décembre 2012

SUD Éducation vient d’écrire au recteur pour lui demander de rappeler à ses Inspecteurs qu’ils ne peuvent pas faire n’importe quoi en matière d’inspection.

Les inspections surprises ne sont pas réglementaires. Les rapports d’inspection doivent être adressés aux intéressés dans un délai d’un mois et la note pédagogique doit être communiquée dans le trimestre qui suit l’inspection.