Premier degré

Le soutien façon Darcos, ou l’externalisation de l’échec scolaire

vendredi 21 novembre 2008
par  Sud Éducation Guyane

Avec un réalisme déconcertant, Ferry a expliqué comment avec les 108 heures de soutien, on pourra supprimer les RASED et finalement économiser 8000 postes. Bien que Darcos se défendît l’année dernière de vouloir supprimer les RASED le budget prévisionnel de 2009 envisage déjà la fermeture de 3000 d’entre eux.

Par deux heures hebdomadaires de soutien et quelques journées de travail en plus durant les vacances scolaires, Darcos prétend remédier à la difficulté scolaire. Croire au bien-fondé de ce soutien, c’est nier la complexité de la difficulté scolaire dont la prise en compte nécessite un véritable travail d’équipe (enseignants et autres spécialistes de l’enfance) dans une école qui valorise tous ses élèves et leur apporte les moyens dont ils ont besoin.

Dorénavant, les élèves qui éprouvent des difficultés seront sommés de venir apprendre entre eux pendant que leurs camarades plus "méritants" profiteront des heures libérées et des vacances scolaires. A croire que la difficulté n’a ainsi plus sa place dans la journée scolaire, que les élèves plus lents ne doivent pas ralentir les autres.

La concentration des apprentissages dans une semaine raccourcie risque de rendre infernal le rythme de la journée scolaire et de bousculer des enfants qui ont besoin de davantage de temps. Ces enfants vont accumuler des lacunes que l’on ne pourra plus traiter en classe et, de ce fait, le nombre des élèves considérés en difficulté et donc "à traiter" hors du temps scolaire augmentera. Les rythmes scolaires de l’enfant ne peuvent s’appréhender que sur l’année, avec des journées plus courtes et une réelle répartition des activités en fonction des possibilités des élèves. Tout cela nécessiterait également une indispensable baisse des effectifs par classe.

Comment peut-on imaginer que face à cette injustice les enfants en difficulté sauront tirer profit d’un soutien que la majorité des enseignants va pourtant essayer, en toute bonne foi, de rendre efficace et attrayant ?
Sur tout cela le ministre Darcos "communique" en insistant sur le fait qu’enfin on va s’occuper des élèves en difficulté d’apprentissage alors que c’est l’inverse qui risque de se produire avec la disparition programmée des RASED.

Darcos et Sarkozy ne veulent pas privatiser l’École, mais les règles de la concurrence non faussée sont quand même appliquées à l’École : le marché du soutien solaire est en plein développement et en plus les dépenses de soutien scolaire sont déductibles des impôts.

- Des milliers de postes vont être supprimés dans les Rased.
- Les temps de loisir et de vacances seront réduits pour les élèves en difficulté.
- La gratuité du soutien n’est qu’un leurre temporaire, trompant les attentes des familles.
- Les heures supplémentaires vont être introduites massivement dans le premier degré, jusqu’à aujourd’hui épargné, au risque de diviser les personnels et de casser les solidarités au sein des équipes pédagogiques.

Il est encore temps de refuser, d’informer les familles sur ces mensonges organisés, de faire connaître collectivement notre opposition, de faire connaître et circuler nos initiatives de résistance.


Commentaires

Agenda

<<

2017

 

<<

Novembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930   
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Coup de gueule… bis

dimanche 14 septembre 2014

Au collège, on accueille de plus en plus d’élèves hétérogènes : non lecteurs, lecteurs débutants, déchiffreurs, en difficultés personnelles, sociales, primo arrivants, etc. Le collège doit donc devenir un lieu où tous ces élèves ont leur place mais aussi le lieu de toutes les expérimentations. Génial !
On va pouvoir enfin inventer, créer, innover. Oui, mais... Quels outils, quel matériel, quelle formation pour le professeur qui veut s’investir dans les projets ? Il va falloir tâtonner, trier la masse d’informations sur internet, faire des proformas, écouter le discours des uns, des autres, trouver une salle, demander une armoire, des livres, un ordinateur ? J’en passe ! Monter des projets, c’est bien joli, mais quel parcours du combattant ! Tout ceci est-il bien logique à l’heure où on supprime les enseignants spécialisés ? Est-ce au professeur lambda de remplacer ces spécialistes ? Comme d’habitude, on marche sur la tête !

Coup de gueule

dimanche 14 septembre 2014

80% d’une classe d’âge au bac ! C’était une révolution. L’égalité des chances... etc. Oui, on y arrive.
On trafique les notes, on fait passer les élèves au bénéfice de l’âge, on les maintient dans le système sans leur donner les moyens de réussir.... j’en passe ! On arrive maintenant à avoir des élèves qui vont au bac en sachant tout juste lire. Oui, tout le monde peut avoir son bac, un bac bradé pour faire du chiffre !
De quel intérêt parle-t-on alors ? Celui de l’élève ou celui de la sacro-sainte statistique d’une société dans laquelle seul le rendement compte ?

Enquête par questionnaire

jeudi 13 décembre 2012

Dès janvier SUD Éducation Guyane lancera une enquête par questionnaire sur les conditions matérielles de travail dans les écoles de Guyane.

L’objectif est pour nous de recueillir des données chiffrées histoire de dresser une liste assez exhaustive de problèmes rencontrés au niveau de nos extraordinaires conditions de travail...

Pour mener à bien cette enquête nous avons reçu un coup de main des camarades du département de sociologie de l’université Brest.

Double vacation

jeudi 13 décembre 2012

Le recteur est revenu sur sa position : il n’y aura pas d’expérimentation de la double vacation en Guyane. Reste que des enfants sont toujours non scolarisés et les constructions scolaires manquent cruellement.

La fédération SUD Éducation va intervenir auprès du ministère pour réaffirmer la nécessité d’un plan d’urgence pour l’éducation en Guyane.

Inspection : et si on arrêtait les bidouillages ?

jeudi 13 décembre 2012

SUD Éducation vient d’écrire au recteur pour lui demander de rappeler à ses Inspecteurs qu’ils ne peuvent pas faire n’importe quoi en matière d’inspection.

Les inspections surprises ne sont pas réglementaires. Les rapports d’inspection doivent être adressés aux intéressés dans un délai d’un mois et la note pédagogique doit être communiquée dans le trimestre qui suit l’inspection.