Représentativité syndicale

Petits arrangements entre amis !

jeudi 10 avril 2008
par  Sud Éducation Guyane

Les négociations engagées depuis fin janvier, entre le MEDF et les cinq confédérations dites représentatives, se sont conclues par un projet de « position commune sur la représentativité, le dialogue social et le financement du syndicalisme ». Son contenu est soumis à l’accord des
négociateurs et ensuite il appartiendra au gouvernement de le transposer dans la loi avant l’été.

Ces négociations auraient dû permettre d’avancer enfin sur des principes et des règles permettant une réelle démocratie sociale tant en matière de représentativité syndicale que de validité des accords. On est loin du compte !

La représentativité syndicale sera jugée sur 7 critères, (au lieu des 5 actuels), qui deviennent cumulatifs. L’audience, dans les élections professionnelles au sein des entreprises, devient un critère important. Mais pour se présenter aux élections, il faudra une ancienneté de 2 ans. On peut craindre qu’avec le délai de 4 ans entre deux élections, on pourra arriver à des situations extrêmes où il faudra quasiment 6 ans d’existence pour être enfin reconnu dans une entreprise !

Cette disposition représente un frein à l’activité syndicale : pendant deux ans minimum, on ne pourrait avoir les moyens d’une activité syndicale puisque sans possibilité d’être reconnu représentatifs.

Un seuil de 10 % est fixé pour atteindre cette représentativité dans les entreprises mais de seulement 8 % au plan national. Le seuil retenu et sa modulation ont été établis pour permettre à certaines confédérations de préserver leur position actuelle.

Une période transitoire de quatre à cinq ans est mise en place pour permettre à ceux qui sont déjà en place de garder leur représentativité nationale interprofessionnelle et dans les branches.

La validité des accords sera conditionnée à la signature des syndicats représentant au moins 30% des salariés ; un bilan sera fait, mais on est encore très loin du principe de l’accord majoritaire !

Ces négociations se sont faites entre organisations bénéficiant a priori de la présomption de représentativité et qui ont tout fait pour préserver leurs intérêts. Le MEDEF a refusé que soit abordé la question de sa représentativité sur laquelle on peut pourtant s’interroger au vu de ses dernières turpitudes internes et du scandale des caisses noires de l’UIMM ! [1]

Pour l’Union syndicale Solidaires, cette position commune élaborée entre le patronat et confédérations ne répond pas à notre exigence de démocratie ! Les salariés doivent pouvoir choisir librement qui les représente. Chaque organisation doit être traitée avec les mêmes critères au plan national, comme au plan local et il n’y a aucune raison de maintenir, même de façon transitoire, une forme de présomption irréfragable.

Pour l’Union syndicale Solidaires, la représentativité nationale interprofessionnelle doit se mesurer en prenant en compte les élections prud’hommes et les élections dans les fonctions publiques : c’est le cumul des deux qui est le mieux à même de mesurer, au plan national, le poids réel de chaque organisation syndicale !

C’est sur ces bases que l’Union syndicale Solidaires va intervenir auprès du gouvernement qui s’est engagé à légiférer avant l’été.


[1Ecoutez les émissions de Daniel Mermet à ce sujet sur le site de là-bas.org : http://www.la-bas.org/article.php3?id_article=1428


Commentaires

Agenda

<<

2018

 

<<

Février

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728    
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

KOUROU - 6/02 - mobilisation, grève et rassemblement

samedi 3 février

Personnels, parents, élèves,
tout-e-s concerné-e-s,
tout-e-s mobilisé-e-s.

Cayenne, Matoury, Saint-Laurent sont en lutte !!!
A Kourou... de décoller !!!

Rendez-vous devant la Mairie de Kourou à 9h00 le mardi 6 février 2018.

GREVE massive le 6,
GREVE reconductible à partir du 7

Personnels mobilisés de Kourou

Nous réclamons, toutes et tous ensemble, une éducation ambitieuse pour une société égalitaire, pour lutter contre la précarité, source des violences.

vendredi 2 février

Grève massive le mardi 6 février 2018 !
Grève reconductible dès le 7 février 2018 !
Signataires : des personnels de Saint Laurent, la Coordination des personnels du collège A. Contout, le SNES-FSU, le STEG-UTG, SUD EDUCATION Guyane.
le 1er février 2018

Sur le Web : Grève

Mobilisation et grève le 30 janvier à Cayenne et à Matoury

lundi 29 janvier

A Cayenne, un lycée et un collège : LP Michotte et Auxence Contour.
A Matoury, le collège Concorde-Maurice Dumesnil.

Mobilisation et grève le 30 janvier dans les collèges de Saint Laurent du Maroni

lundi 29 janvier

SUD Education Guyane appelle à la grève dans les 5 collèges de Saint Laurent.
SUD Education Guyane soutient les personnels mobilisés.
SUD Education Guyane revendique pour Saint Laurent du Maroni :

- Embauche immédiate des CUI promise dans chaque établissement.
- Création immédiate de postes d’AED dans tous les collèges et augmentation du nombre de CPE.
- Création d’urgence de deux nouveaux collèges et du lycée 4 pour une réduction rapide du nombre d’élèves par classe.
- Sécurisation des enceintes des établissements : collège Paul Jean Louis et collège Arsène Bouyer d’Angoma et des parkings fermés pour les personnels.
- Ouverture et campagne d’embauche immédiate d’éducateurs, familles d’accueil, médecins dans tous les domaines du social et de la santé.
- De réelles mesures éducatives pour s’occuper des jeunes : juge des enfants à Saint Laurent du Maroni, CER, foyers...

KOUROU - 1er degré - Réunion d’Information Syndicale (RIS) - Mercredi 31 janvier - 9h-12h

mercredi 24 janvier

Le syndicat SUD éducation Guyane organise une RIS - sur temps de travail - pour les deux circonscriptions de Kourou le mercredi 31 janvier de 9h à 12h au Pôle culturel (Médiathèque).

Se rendre à une Réunion d’Information Syndicale (RIS) est un droit, que l’on soit ou non syndiqué. 9 heures de RIS possibles par année scolaire dont 3 heures sur temps devant classe.

Au programme :
- Présentation de SUD éducation et de l’union syndicale Solidaires
- Situation du Premier degré en Guyane
- Conditions de travail : 2, 3 bases à connaître (obligation du RSST et du registre des dangers graves et imminents impliquant le droit de retrait)
- Livret Scolaire Unique Numérique
- CUI - Services civiques
- Questions diverses

Si vous souhaitez participer à la RIS de SUD éducation :
- Informez les parents le plus tôt possible que, pour des raisons professionnelles, vous serez absent cette demi-journée là ;
- Prévenez l’IEN de la participation au moins 48 heures avant la date prévue. Il ne s’agit en aucun cas de "demander l’autorisation de" mais bien "d’informer que" ;
- Envoyez un courriel à SUD éducation Guyane pour nous informer de votre présence.

[une fiche de présence sera établie sur place. Une attestation individuelle de participation vous sera remise]

Ce droit syndical que nous avons acquis constitue un moment fort permettant : d’être informé, de participer au débat, de mettre en relation les collègues entre eux dans leur diversité. Continuons à être toujours plus nombreux.

SUD éducation Guyane - KOUROU
06.94.02.07.87

Sur le Web : Pour vous inscrire